La tempête Isaac est « sur le point de devenir un ouragan »

La tempête tropicale Isaac, dont les vents dépassent 110 km/h en rafales, est « sur le point de devenir un ouragan » et se dirige vers La Nouvelle Orléans (Louisiane), a annoncé mardi 28 août le Centre national des ouragans (NHC). Sept ans après que Katrina eut dévasté la ville, faisant 1 800 morts, les météorologues observent « une montéee importante du niveau de la mer et des menaces d’inondations sur la côte nord du golfe du Mexique ». Pour éviter une nouvelle catastrophe, Barack Obama a décrété l’état d’urgence dans la région. Le gouverneur républicain de l’Etat de Louisiane, Bobby Jindal, a d’ores et déjà recommandé aux gens de se préparer au pire. « Si vous vous trouvez dans une zone de terre basse et que vous pensez à évacuer, ce jour est le bon jour pour le faire », a-t-il vivement conseillé dans un communiqué lundi.

« La combinaison d’une accélération des vents et de la marée aura pour effet de causer des inondations par une montée des eaux dans des zones habituellement sèches », explique le NHC, qui prévoit des vagues de 3,6 m de haut et des précipitations atteignant jusqu’à 51 cm dans le sud-ouest de la Louisiane, le sud de l’Alabama, le Mississippi et le nord-ouest de la Floride.

A La Nouvelle Orléans, un flot de véhicule pare-chocs contre pare-chocs s’étirait sur l’autoroute menant à Bâton Rouge, la capitale de l’Etat située plus loin dans les terres. Dans l’historique quartier français de Canal Street, des équipes couvraient de planches les vitrines des magasins.

Après la catastrophe de Katrina, le corps du génie de l’armée américaine avait bâti un système de digues, de murs, d’écluses et de pompes censé protéger, pour un coût de 14,5 milliards de dollars, La Nouvelle Orléans d’une onde de tempête massive comparable à celle qui l’a submergée en 2005. Sur la presqu’île de Plaquemines, au sud de la ville, des employés consolidaient les digues à l’aide de sacs de sable.

Ouragan Katrina 2005

En 2005, l’ouragan Katrina avait fait 1800 morts (Source : AFP).

A titre de précaution, l’industrie pétrolière et gazière, très implantée dans la région, a interrompu près de 80 % de sa production de brut dans le golfe du Mexique et 50 % de la production de gaz naturel. La région représente environ 23 % de la production pétrolière américaine, 7 % de sa production gazière et 40 % de la capacité de raffinage des Etats-Unis.

Les autorités des Etats de l’Alabama, de la Louisiane et du Mississippi, ont décrété dimanche l’état d’urgence, avant que Barack Obama ne fasse de même lundi. Cette déclaration permet de mobiliser les ressources de l’Etat fédéral pour venir en aide aux autorités locales, par le truchement de l’agence de gestion des crises (FEMA), a précisé la Maison Blanche dans un communiqué.

Le gouverneur de l’Alabama, Robert Bentley, a ordonné des évacuations dans les comtés de Mobile et de Baldwin, dans le Sud. En Louisiane, s’il n’a pas rendu obligatoires de telles évacuations, le gouverneur a insisté sur la nécessité pour chaque famille de faire des réserves d’eau, de nourriture non périssable, de produits d’hygiène, de vêtements et de médicaments en cas de traitement.

Sur son passage, Isaac a déjà fait dix-neuf morts en Haïti, selon un nouveau bilan de la protection civile établi lundi. Six personnes sont toujours portées disparues sur l’île. La tempête y a également détruit 335 maisons et en a endommagé 2 346 autres. Près de 15 000 personnes ont été évacuées, a aussi précisé la protection civile.

Dans la nuit de dimanche à lundi, c’est en Floride que la proximité d’Isaac a été le plus fortement ressentie, des pluies torrentielles et des vents violents s’abattant sur Tampa, où des dizaines de milliers de personnes attendaient le début de la convention nationale républicaine américaine. Décalée d’un jour en raison de la tempête, cette convention doit investir officiellement Mitt Romney comme candidat pour la présidentielle du 6 novembre face à Barack Obama. La trajectoire d’Isaac laisse toutefois penser que la grande réunion des républicains devrait être épargnée par la tempête.

Source : Le Monde

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s