Pergélisols arctiques : une bombe climatique plus grosse que prévue ?

Les sous-sols gelés de l’Arctique renfermeraient plus de carbone qu’on ne le pensait jusqu’alors. Leur fonte pose donc question, surtout lorsque l’on apprend qu’environ 20 % du carbone libéré pourraient être émis dans l’atmosphère et donc intervenir dans le réchauffement climatique.

Les pergélisols s’étendraient sur un quart des terres émergées de l’hémisphère nord. Ils se caractérisent par la présence de sous-sols gelés depuis plus de 2 ans. Ils font actuellement l’objet de nombreuses attentions. En effet, le réchauffement climatique induit par diverses pollutions d’origine anthropique pourrait les faire fondre progressivement dans les décennies à venir. Or, ils abritent d’importantes quantités de carbone qui, si elles sont libérées, amplifieront le réchauffement climatique. La boucle est pour le moins vicieuse.

Pergélisol

Etendues de terres glacées au nord de la Sibérie.

Afin d’estimer les risques qui pourraient accompagner la fonte de ces territoires, les quantités de carbone qu’ils abritent doivent être connues. Leur caractérisation est cependant ardue car de nombreux forages sont requis au sein de régions reculées du globe, notamment en Alaska, au Canada ou en Sibérie. En 2009, une étude a été basée sur des sondages réalisés jusqu’à 3 m de profondeur sur 45 sites pour fournir une estimation se voulant précise du carbone emprisonné dans les sous-sols gelés de l’Arctique : environ 1.600 milliards de tonnes.

Ce chiffre vient d’être remis en cause par Gustaf Hugelius de l’université de Stockholm lors de la rencontre automnale de l’American Geophysical Union (AGU). Ce chercheur a analysé 405 sites supplémentaires en étudiant des archives ou en réalisant de nouveaux forages sur le terrain. Selon lui, les pergélisols renfermeraient 1.894 milliards de tonnes de carbone, soit 13 % de plus que la précédente estimation.

Connaître les réserves de cet élément ne suffit pas pour estimer le risque climatique. La surface totale des pergélisols amenés à fondre à l’avenir doit également être connue, tout comme la quantité de CO2 qu’émettront les micro-organismes dans l’atmosphère en consommant le carbone libéré. Selon une étude parue plus tôt cette année, et si les émissions de gaz à effet de serre se maintiennent à leur niveau actuel, 436 milliards de tonnes de carbone pourraient être ainsi libérées d’ici 2100.

Durant la même réunion, Christina Schaedel de l’université de Floride à Gainesville a présenté ses conclusions quant à la proportion de carbone qui va être libérée dans l’atmosphère. Pour ce faire, elle a compilé des informations récoltées dans 9 articles scientifiques relatant des résultats d’expériences similaires. Des échantillons de sous-sols gelés ont été prélevés puis placés dans des bouteilles maintenues à température constante durant une ou plusieurs années. Le CO2 émis a été récolté puis quantifié. Selon une estimation dite conservative, les pergélisols dégelés pourraient libérer environ 20 % de leur carbone en 50 ans.

Au final, la fonte des sols gelés de l’Arctique pourrait provoquer une libération rapide de CO2 équivalente à environ deux fois les émissions annuelles mondiales d’origine anthropique de dioxyde de carbone. Si elle survient, cette impulsion accélérerait le réchauffement climatique, tout comme l’augmentation du niveau des mers et l’acidification des océans qui en découlent. La fonte de l’Arctique représenterait donc une bombe climatique à retardement encore plus puissante qu’on le pensait jusqu’alors.

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s