Palau veut créer un immense sanctuaire marin dans le Pacifique

Le petit archipel souhaite interdire la pêche commerciale dans ses eaux, faisant le pari que la biodiversité lui rapportera plus que les revenus de cette activité.

L’archipel de Palau (ou Palaos), dans le Pacifique, veut bannir toute pêche commerciale dans ses eaux et créer une réserve marine vaste comme la France, a annoncé vendredi son président.

Les bateaux étrangers pêchant autour des 300 îles de l’archipel ne rapportent quasiment rien à ses 21 000 habitants au regard du coût écologique supporté et des revenus du tourisme qu’une interdiction pourrait générer. Le président de Palau, Tommy Remengesau, entend ainsi dessiner « un espace si bien protégé qu’il fera de Palau le plus grand sanctuaire marin au monde » d’un seul tenant, un titre toutefois déjà revendiqué par les îles Cook. « Palau ne sera plus simplement un sanctuaire pour les requins mais un sanctuaire marin protégeant toute la vie marine à l’intérieur de sa zone économique exclusive (ZEE) », a-t-il dit.

Archipel Palau

Selon le projet du gouvernement, seules seraient autorisées la pêche de subsistance pour les locaux et la pêche sportive avec rejet des poissons vivants pour les touristes (Source : Reuters).

En 2009, l’archipel de Palau, situé dans le Pacifique nord à 800 km à l’est des Philippines, a créé le premier sanctuaire mondial des requins. Dans toute sa ZEE, soit 630 000 km2, leur pêche est interdite. Selon le ministre des Ressources naturelles, Umiich Sengebau, le pays tire chaque année quelque 5 millions de dollars de revenus de l’activité des bateaux de pêche étrangers, dont 4 millions proviennent de la pêche au thon pratiquée essentiellement par les Japonais et les Taïwanais.

« Une zone d’exclusion de la pêche commerciale dans la ZEE signifierait que seules seraient autorisées la pêche de subsistance pour les habitants de Palau et la pêche sportive touristique qui prévoit le rejet des poissons vivants » à la mer, a souligné le président Remengesau.

Le manque à gagner serait couvert par une hausse du nombre de touristes étrangers attirés par la biodioversité marine de l’archipel. Palau ne dispose cependant actuellement que d’un seul bateau – vieillissant – de surveillance maritime.

Archipel Palau

Source : Libération

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Milieu marin/Biodiversité, ainsi que l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s