Une saison cyclonique 2013 active en perspective

La saison cyclonique dans l’océan Atlantique Nord débute officiellement le 1er juin pour s’achever le 30 novembre. En règle générale, les phénomènes les plus violents se manifestent entre juillet et septembre, mais certains peuvent se développer tard dans la saison : on l’a vu l’année dernière avec l’ouragan Sandy qui a touché la côte Est des États-Unis à la fin octobre.

L’océan Atlantique est soumis au risque cyclonique dans sa partie nord : en effet, au sud de l’équateur, les eaux moins chaudes et la configuration météorologique s’y prêtent beaucoup moins. Les zones les plus à risque sont les Caraïbes, le Golfe du Mexique, la Floride, puis la côte Est des Etats-Unis, avec un amoindrissement du risque au fur et à mesure que l’on remonte vers le nord. Ainsi, New-York est théoriquement en bout de course de ces phénomènes tropicaux.

Sainson cyclonique 2013

Pour qu’ils se forment, les phénomènes cycloniques ont besoin d’une eau chaude : la température de la mer doit être au moins égale à 27°C sur 60 mètres de profondeur. En haute altitude, les vents doivent être très faibles de façon à permettre l’ascendance de l’air qui, une fois en mouvement, entraînera le déplacement rotatif d’une dépression tropicale. Si les conditions sont réunies, le phénomène pourra ensuite se renforcer au stade de tempête tropicale, puis d’ouragan dont la force est quantifiée de 1 à 5 sur l’échelle internationale de Saffir-Simpson. On utilise le terme « ouragan » pour l’océan Atlantique, et plutôt « cyclone » pour les autres océans, mais le principe est le même.

Echelle Saffir-Simpson

Chaque année, tous les météorologues du monde entier planchent sur la question : quelle sera le niveau d’intensité de la saison à venir ? Il faut dire que l’enjeu est majeur : que ce soit en termes de sécurité civile, d’impacts sur le tourisme ou de dégâts aux infrastructures. Prévoir l’activité cyclonique est donc un aspect primordial de la prévision saisonnière.

A trois mois du début de la saison, les premières tendances sont déjà envisagées pour l’Atlantique nord. Selon Régis Crépet, météorologue en charge des prévisions saisonnières à Météo Consult / La Chaîne Météo, « les conditions climatiques globales sont assez similaires aux dernières années, qui furent plutôt actives en termes de nombre et d’intensité des phénomènes tropicaux ». Les conditions en question étant par exemple les anomalies de températures des océans. « L’un des paramètres important est le phénomène El Nino / La Nina », ajoute le météorologue. « A ce sujet, nous sommes depuis quelques années dans un cycle La Nina (dans le Pacifique), dont les répercussions se font sentir jusqu’au niveau de l’océan Atlantique en raison de la modification des vents au-dessus de la zone Caraïbes ».

En conséquence, la saison 2013 pourrait être « modérément active » en Atlantique Nord, c’est à dire supérieure à la moyenne statistique, tout en étant probablement un peu moins violente que ces 5 dernières années. Une année plutôt « moyenne » en perspective, ce qui ne doit pas faire oublier qu’il suffit qu’un ouragan percute de plein fouet une zone côtière basse pour provoquer des inondations catastrophiques.

Source : La Chaîne Météo

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s