Les mégaséismes peuvent entraîner un affaissement des volcans

Selon un ensemble d’études, les mégaséismes sont susceptibles d’entraîner l’affaissement de volcans même si ceux-ci se trouvent dans des zones très éloignées de l’épicentre.

Largement redoutés, les mégaséismes peuvent avoir des conséquences désastreuses sur les territoires qu’elles frappent. Néanmoins, leur impact reste largement sous-estimé. Des études récemment publiées dans la revue britannique Nature Geoscience, tendent ainsi à montrer que les mégaséismes peuvent aussi entraîner une diminution de la taille de volcans en les faisant s’affaisser.

Basée sur des données récoltées par des radars satellitaires qui ont cartographié le terrain avant et après les séismes, une étude japonaise a par exemple permis de déterminer que le tremblement de terre de magnitude 9 ayant touché le Japon en mars 2011 a entraîné une baisse de 15 cm de hauteur sur les volcans de Honshu pourtant situés à 200 km de l’épicentre. De même, une étude américaine indique que le séisme de magnitude 8,8 ayant touché le Chili en 2010 a provoqué l’affaissement de cinq régions volcaniques situées 200 km plus loin.

Séisme Japon 11/03/2011

Le méga séisme qui a frappé le Japon en mars 2011 a entrainé un affaissement des volcans dans la région touchée.

Pour en arriver là, les deux études se sont intéressées à des mégaséismes provoqués par la subduction de plaques tectoniques. Ces mouvements auraient entraîné la subsidence (affaissement géologique) des chaînes de montagnes orientées parallèlement à la faille sismique. Comme le souligne Youichiro Takada, de l’Institut de recherche et de prévention des catastrophes de l’Université de Tokyo, le séisme de 2011 a créé une « tension est-ouest au Japon oriental ».

Ainsi, « des roches chaudes et molles situées sous les volcans, avec du magma au milieu, ont été étirées horizontalement et aplaties verticalement. C’est cette déformation qui a provoqué l’affaissement des volcans », explique le scientifique. Néanmoins, les explications à ce phénomène semblent différentes au Chili. Selon les géologues, la subsidence (qui concerne des surfaces de 30 km de long sur 15 m de large) est due à des poches de magma reliées à des sources souterraines situées sous les zones volcaniques.

Malgré toutes ces constatations, les chercheurs ne sont pas encore en mesure de dire si ce phénomène augmente les risques d’éruptions volcaniques ou non. « Pour l’instant, nous ne connaissons pas les liens entre les éruptions volcaniques et la subsidence que nous avons mise en lumière. Il nous faut encore approfondir notre compréhension des mouvements du magma », a indiqué M. Takada cité par l’AFP.

En effet, les données sont contradictoires : en 1906 et en 1960, deux séismes dans la zone de subduction chilienne avaient précédé d’un an des éruptions volcaniques dans les Andes alors que le tremblement de terre de 2010 n’a pu être associé à aucune éruption majeure dans cette zone à risque, souligne l’étude dirigée par Matthew Pritchard, de l’Université Cornell à New York.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « La machine Terre », « Quand le Terre tremble… » et « Le volcanisme » ainsi que la page Risques majeurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s