Le glacier le plus rapide du Groenland établit un nouveau record de vitesse

Le glacier de Jakobshavn était déjà parmi les plus rapides du Groenland mais, en seulement une vingtaine d’années, sa vitesse a plus que quadruplé. La faute au réchauffement climatique qui provoque l’apparition d’icebergs plus en amont et en profondeur au fil des années.

Il est en quelque sorte le Usain Bolt de l’Arctique. Avec une vitesse de 46 mètres par jour, le glacier groenlandais Jakobshavn est le plus rapide des pôles selon une équipe de l’Université de Washington et de l’agence spatiale allemande. Il faut dire que les mouvements du glacier se sont considérablement accélérés sous l’effet du réchauffement climatique. Ces travaux ont été publiés le 3 janvier dans la revue en ligne Cryosphere.

Le pic de vitesse a été enregistré pendant l’été 2012 et correspond à une vitesse de 17 kilomètres par an. Ces mesures ont été faites à l’aide de satellites allemands de type TerraSAR-X et témoignent d’un vrai record. Les chercheurs n’ont pas encore trouvé de traces d’un glacier aussi rapide au Groenland ou en Antarctique.

« Nous constatons des vitesses en été qui sont plus de quatre fois plus importantes qu’en 1990, précise Ian Joughin du Center de science polaire de Washington, l’auteur principal de l’étude, alors que le glacier était alors déjà considéré comme un des plus rapides, voire le plus rapide, du Groenland ».

Glacier groenlandais Jakobshavn

Glacier groenlandais Jakobshavn

Les vitesses observées en été sont temporaires, le glacier se déplaçant moins rapidement en hiver. Toutefois, la vitesse moyenne du Jakobshavn est tout de même trois fois plus élevée qu’elle ne l’était au cours des années 1990. Cette hausse est sans surprises à attribuer au réchauffement climatique, expliquent les chercheurs.

Ce phénomène provoque un affinement du glacier et lui fait produire des icebergs plus profondément et plus en amont qu’auparavant. D’une superficie totale d’environ 110.000 kilomètres carrés, le glacier produit environ 10% des icebergs du Groenland. Le bloc de glace qui a coulé le célèbre Titanic en 1912 est d’ailleurs fortement soupçonné d’être un rejeton du glacier de Jakobshavn.

La longueur maximale de ce dernier est de 65 kilomètres mais pendant les étés 2012 et 2013, le front de formation des icebergs a semblé reculé d’un kilomètre par rapport aux étés précédents, d’après les chercheurs.

La glace se rompt également plus en profondeur qu’auparavant. Le glacier suit la trajectoire d’un fjord qui plonge jusqu’à 1.300 mètres en dessous du niveau de la mer. Tout cela provoque une perte de matière de plus en plus précoce et l’allègement consécutif, deux facteurs qui permettent au glacier d’atteindre une vitesse record.

Mais s’il se fractionne plus tôt, son accélération fait qu’au final il amène davantage de glace dans l’océan. « Nous savons qu’entre 2000 et 2010 ce glacier a, à lui tout seul, augmenté le niveau de la mer d’environ 1 millimètre », précise Ian Joughin. Et la situation pourrait ne pas aller en s’arrangeant.

« Avec sa vitesse supplémentaire il va probablement y contribuer encore davantage au cours de la prochaine décennie », a conclu le chercheur repris dans un communiqué.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s