Le grand dégel arctique ouvre la voie à des migrations microbiennes risquées

Libérés des glaces, les agents pathogènes se déplacent vers de nouveaux environnements et provoquent des maladies.

La fonte accélérée des glaces arctiques résultant du réchauffement climatique ouvre la voie à des mouvements migratoires sans précédent d’agents pathogènes qui posent un risque pour les mammifères marins et potentiellement pour les humains, mettent en garde des scientifiques.

« Avec le changement climatique, nous réalisons qu’il existe une possibilité sans précédent pour que des agents pathogènes se déplacent vers de nouveaux environnements et y provoquent des maladies », a expliqué jeudi Michael Grigg, parasitologue à l’Institut américain des allergies et des maladies infectieuses.

« La glace est une énorme barrière écologique pour les agents pathogènes et avec l’augmentation des températures dans l’Arctique ils peuvent survivre et accéder à de nouveaux hôtes vulnérables qui n’ont pas développé d’immunité contre ces microbes et parasites faute d’y avoir été exposés auparavant », a-t-il expliqué.

Phoque gris

Le phoque gris est l’une des espèces menacées par ces agents pathogènes. Le toxoplasma gondii a tué 406 specimens dans l’Atlantique Nord en 2012.

Une nouvelle souche du Sarcocystis appelée pinnipedi jusqu’alors séquestrée dans les glaces arctiques, a récemment émergé et provoqué une mortalité étendue chez des phoques gris et d’autres mammifères menacés de l’Arctique comme des otaries, des morses et des ours polaires, des grizzlis en Alaska et ce jusque dans le sud de la Colombie Britannique au Canada.

Un autre parasite communément trouvé chez les chats, appelé Toxoplasma gondii a été découvert chez des baleines blanches (beluga) dans les eaux arctiques, du jamais vu, a indiqué le scientifique.

Cette découverte il y a quelques années, a déclenché une alerte sanitaire chez les populations Inuits qui traditionnellement se nourrissent de la viande de ces baleines, a-t-il dit.

« Il s’agit d’un nouvel agent pathogène qui est endémique dans l’Arctique et qui a tué 406 phoques gris, pourtant en bonne condition physique, dans l’Atlantique Nord en 2012 », a précisé Michael Grigg indiquant que ce parasite est inoffensif pour les humains.

Pour lui, il s’agit du premier exemple de parasite venu du Nord et migrant vers le Sud. Il établit un parallèle avec la peste noire en Europe au Moyen-Age qui a décimé un tiers de la population qui n’avait jamais été exposée à ce pathogène.

La toxoplasmose, l’infection provoquée par le parasite Toxoplasma gondii, est la principale cause de cécité infectieuse chez les humains et peut être mortelle pour les foetus ainsi que les personnes et animaux dont le système immunitaire est affaibli.

Source : 20 Minutes/AFP

Vous pouvez consulter sur le site d’Archipel des Sciences les pages Risques majeurs et  Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s