La fonte des glaciers d’Antarctique a atteint un point de non retour

Sous l’effet du réchauffement climatique, la fonte des glaciers s’accélère au point qu’elle pourrait entraîner une hausse du niveau des océans d’au moins un mètre.

La fonte des grands glaciers de l’ouest de l’Antarctique, qui contiennent assez d’eau pour faire monter les océans d’au moins un mètre, s’accélère sous l’effet du réchauffement climatique et paraît irréversible, selon deux études publiées lundi.

La première s’appuie sur de nombreuses données incorporant 40 années d’observations qui indiquent que le recul des glaciers de la mer d’Amundsen, dans l’Antarctique de l’ouest, « a atteint un point de non-retour », explique Eric Rignot, un glaciologue de l’université de Californie à Irvine et de la NASA, principal auteur de cette recherche à paraître dans la revue Geophysical Research Letters.

La fonte des six plus grands glaciers de cette région, Pine Island, Thwaites, Haynes, Smith, Pope et Kohler, contribue déjà de façon importante à la montée des océans, lâchant presque autant de glace annuellement dans l’océan que toute la banquise du Groenland.

Glacier Thwaites Antarctique

Le glacier Thwaites pourrait disparaître, selon les études parues lundi sur la fonte des glaciers en Antarctique occidental (Source : NASA/AFP).

Ils contiennent suffisamment d’eau pour faire grimper le niveau des océans de 1,2 mètre et fondent plus vite que ne le prévoyaient la plupart des scientifiques. Ce qui, selon Eric Rignot, nécessite de réviser à la hausse les projections du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce dernier estimait en 2007 que le niveau des océans pourraient monter de 18 à 59 cm en 2100. « Ces glaciers seront un contributeur majeur à la montée des océans au cours des décennies et des siècles à venir », insiste-t-il.

L’accélération du flot d’écoulement de l’eau et le recul des glaciers sur le socle rocheux se renforcent mutuellement, expliquent ces chercheurs. En fondant, les glaciers s’allongent et leur épaisseur diminue, ce qui réduit leur masse et les séparent de plus en plus du socle rocheux et les fait glisser plus vite. « L’effondrement des masses de glace de cette partie de l’Antarctique paraît ainsi être irréversible », conclut Eric Rignot.

« Le fait que ce recul des glaciers se produit simultanément sur une vaste zone laisse penser que ce phénomène a résulté d’une seule cause: un réchauffement de l’eau de l’océan dans laquelle flotte une partie de ces masses de glace », souligne-t-il.

La deuxième étude, parue dans la revue américaine Science, s’est concentrée sur le glacier Thwaites, le plus massif de l’Antarctique occidental, large de 120 kilomètres. Les chercheurs ont établi des cartes topographiques détaillées et utilisé un modèle informatique montrant que la désintégration de ce glacier avait déjà commencé.

Le glacier Thwaites va ainsi probablement disparaître d’ici quelques siècles, faisant monter le niveau des océans de près de 60 centimètres, prédisent les auteurs de ces travaux. « Il y a beaucoup d’hypothèses quant à la stabilité de ces plaques de glaces et de nombreux scientifiques suspectaient une accélération de leur fonte », note Ian Joughin, un glaciologue de l’université de Washington, un des auteurs de cette recherche.

« Cette étude fournit une estimation des taux auxquels le glacier disparaît dans l’océan », ajoute-t-il. « Les simulations dans notre modèle informatique semblent indiquer une accélération dans le futur, sans aucun mécanisme de stabilisation en vue », explique le glaciologue, dont les conclusions confirme les résultats de l’autre étude.

Selon ce modèle, l’effondrement du glacier Thwaites pourrait intervenir au plus tôt dans 200 ans, et au plus tard dans plus d’un millénaire selon la rapidité du réchauffement de la planète. Mais le scénario le plus probable se situe entre 200 et 500 ans, précise Ian Joughin.

« Toutes nos simulations montrent que la fonte du glacier fera monter le niveau de l’océan de moins d’un millimètre par an pendant 200 ans, avant de commencer à se désintégrer et à disparaître », ajoute-t-il.

A certains endroits, le glacier de Thwaites perd plusieurs mètres d’altitude par an alors qu’il avait connu une période de quasi-stabilité jusqu’en 2006, avant de se déplacer vers l’océan à une vitesse de 0,8 kilomètre par an, soit 33% plus rapidement que précédemment, selon une précédente recherche.

La topographie du glacier a été réalisée dans le cadre du programme « IceBridge » de la NASA, qui vise, par des observations aériennes et satellites, à mesurer la hauteur de la glace et à déterminer la fonte en surface.

Source : Libération/AFP

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s