L’effondrement d’une île au Japon pourrait provoquer un tsunami

Cette île volcanique en éruption, apparue en novembre 2013 à 1000 kilomètres au sud de Tokyo commence à sérieusement alerter les scientifiques japonais.

Une île volcanique en éruption qui prend de l’envergure au large du Japon pourrait être à l’origine d’un tsunami si ses pans de lave s’effondraient soudainement, ont averti mardi des scientifiques nippons.

L’île de Niijima, située dans le Pacifique à 1000 kilomètres au sud de Tokyo, se présentait en novembre 2013 sous une forme à peu près ovale de 400 mètres de long sur 200 de large. Mais elle a fini par rejoindre celle inhabitée de Nishinoshima appartenant au petit archipel Ogasawara, et l’ensemble, qui continue de s’étendre, couvre désormais 1,26 kilomètre carrés.

Nishinishima 23/07/2014

L’île Niijima, fusionnée avec l’île de Nishinoshima, prise en photo par les gardes-côtes japonais le 23 juillet 2014 (Source : AFP).

Les cratères de l’île crachent actuellement 200.000 mètres cubes de lave chaque jour – assez pour remplir 80 piscines olympiques – matière qui s’accumulent sur son flanc Est. « Si la lave continuait à monter ainsi, une partie des pentes pourrait s’effondrer et provoquer un tsunami », a prévenu Fukashi Maeno, professeur adjoint de l’Institut de sismologie de l’Université de Tokyo.

Selon lui, un affaissement de 12 millions de mètres cubes de lave générerait un tsunami d’un mètre qui pourrait atteindre en environ 18 minutes l’île de Chichijima à 130 kilomètres de distance. Chichijima, où vivent quelque 2.000 personnes, est la plus grande île de l’archipel d’Ogasawara, un groupe d’îles administré par Tokyo.

« Le moyen idéal pour surveiller et éviter une catastrophe naturelle serait de mettre en place un nouveau système de détection de tsunami et de tremblement de terre près de l’île, mais il est impossible pour quiconque de s’y poser dans la situation actuelle », a expliqué M. Maeno. Un responsable de l’Agence météorologique du Japon, qui surveille les séismes et les raz-de-marée, a indiqué surveiller tout signe annonciateur.

« Nous avons étudié une simulation ce matin et envisageons de consulter des experts des tremblements de terre sur la probabilité de survenue d’un tel phénomène, pour voir quelles mesures nous pourrions prendre », a expliqué le responsable.

Le Japon, situé au confluent de quatre plaques tectoniques, enregistre chaque année plus de 20% des séismes les plus violents recensés sur Terre. Plusieurs volcans y sont actifs et les risques de tsunamiredoutés sur une bonne partie des côtes de l’archipel.

Source : Le Nouvel Observateur/AFP

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « La machine Terre » et « Le volcanisme » ainsi que la page Risques majeurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s