Un « mini requin » rarissime découvert par hasard au large des Etats-Unis

Un petit requin récemment décrit par des chercheurs de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) s’avère être le deuxième spécimen d’une espèce rarissime connue sous le nom de « requin poche ».

Dans l’imaginaire commun, le requin s’apparente à une créature redoutable et imposante. Toutefois, comme bien souvent, la réalité est un peu plus complexe. Ces animaux forment en effet un super-ordre de poissons cartilagineux particulièrement diversifié avec de gros spécimens tels que nous les connaissons et de plus petits comme le « requin poche ».

Cette espèce est extrêmement rare. Seuls deux individus ont été pour le moment identifié. Le deuxième a été décrit récemment par les chercheurs de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration). L’animal mesure moins de 14 centimètres de long et a été retrouvé en 2010 dans le Golfe du Mexique.

Le requin poche (en anglais « pocket shark ») a été retrouvé un peu par hasard au cours d’une mission d’exploration destinée à étudier l’alimentation des cachalots. Il a ainsi été récolté à environ 305 kilomètres au large de la Louisiane, avec un grand nombre d’autres poissons dont le cétacé s’alimente.

Requin poche USA

Un requin poche découvert aux Etats-Unis (Source : NOAA).

Mort au moment de la capture, il a été conservé dans un congélateur trois ans en attendant d’être répertorié. L’étude du spécimen a été menée par des chercheurs de la NOAA en partenariat avec d’autres institutions dont notamment l’université Tulane, en Louisiane. Les travaux ont été encadrés par Mark Grace de la NOAA de Pascagoula, située dans l’état du Mississippi.

La description du requin poche a fait l’objet d’une publication dans la revue Zootaxa. Selon les scientifiques il s’agit d’un spécimen appartenant au genre Mollisquama. Son surnom se réfère non seulement à sa petite taille mais surtout à la présence d’un orifice en forme de poche situé au niveau de ses nageoires pectorales.

« Il s’agit d’un nouveau-né de sexe masculin », a fait savoir Mark Grace dans un communiqué. Il développe : « Le découvrir nous a conduit à nous demander où ses parents pouvaient se trouver, et à nous interroger sur la manière dont ils sont arrivés dans le Golfe. Le seul autre spécimen connu avait été découvert très loin, au large du Pérou, il y a 36 ans de cela ».

De nombreux mystères restent donc encore à élucider sur le singulier spécimen et son mode de vie. « Le fait de trouver un poisson aussi rare et inhabituel est quelque chose d’incroyable et passionnant. C’est aussi une manière importante de rappeler tout ce qui nous reste à apprendre sur les espèces qui peuplent nos océans », conclut le scientifique.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s