Des chercheurs découvrent le premier poisson à sang chaud

Grâce à cette particularité, le poisson-lune peut chasser ses proies dans les eaux profondes.

Le poisson-lune, ou lampris, est le premier poisson à sang chaud découvert par les scientifiques. Une caractéristique particulière qui lui donne un avantage dans le froid des grands fonds des océans, révèle une étude menée par l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), publiée ce jeudi dans la revue Science.

Grâce à des capteurs placés sur des poissons-lunes sur la côte ouest américaine, les chercheurs ont découvert que la température moyenne des muscles était « à peu près 5°C supérieure à celle des eaux dans lesquelles il nage, entre 45 et 300 mètres sous la surface ».

Lampris royal

Le Lampris royal (Lampris guttatus), présent dans toutes les mers du globe, est le seul poisson entièrement endothermique connu à ce jour.

Ce gros poisson rond et argenté des profondeurs, qui peut atteindre jusqu’à 2 mètres de longueur, possède des petits vaisseaux sanguins dans ses branchies qui peuvent transporter le sang chaud provenant de l’intérieur de son corps. Ceux-ci entourent et réchauffent d’autres veines près des branchies, à l’endroit exact par lequel le poisson respire. « Nous n’avons jamais rien vu de tel sur les branchies d’autres poissons auparavant », Nicholas Wegner, principal auteur de l’étude. Il explique : « C’est une innovation intéressante de ces animaux qui leur donne un avantage compétitif ».

En effet, ce système de chauffage interne, permet au poisson lune garder son cerveau au chaud et conserver ses muscles actifs pour nager plus vite et attraper ses proies. « C’est un prédateur très actif qui chasse des proies agiles comme des calamars, et qui peut migrer sur de longues distances » souligne Nicholas Wegner.

D’apparence impressionnants, les thons ou les requins, qui ne peuvent réchauffer que certaines parties de leur corps et de leurs muscles (pour améliorer leurs performances dans les profondeurs froides, NDLR) sont obligés de remonter dans des eaux moins profondes pour se réchauffer.

Source : 20 Minutes

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s