Le plancton dévoile ses fabuleux secrets grâce à l’expédition Tara Océans

Les premiers résultats des analyses menées sur les échantillons récoltés au cours de l’expédition Tara Océans dévoile l’incroyable diversité des micro-organismes qui composent le plancton.

Dans l’imaginaire commun, le plancton marin renvoie à un concept vague principalement associé aux baleines qui s’en nourrissent. Il s’agit toutefois d’une infime partie de tout ce que ces micro-organismes représentent. Sans eux, les grands écosystèmes marins n’existeraient tout simplement pas.

« Ces êtres microscopiques qui dérivent dans les océans produisent la moitié de notre oxygène, agissent comme un puits de carbone, influencent et sont influencés par le climat et sont à la base des chaînes alimentaires océaniques », souligne l’équipe de l’expédition Tara Océans dans un communiqué.

Le consortium international de recherche a collecté près de 35.000 échantillons au cours de son expédition menée entre 2009 et 2013. Les prélèvement ont été recueillis dans toutes les mers et bassins océaniques du globe. Pour l’heure, seule une petite partie d’entre eux a été étudiée par leur équipe internationale et multidisciplinaire de scientifiques.

Plancton Tara Océans

Protistes et larves planctoniques. Ce plancton a été récolté au cours de l’expédition Tara. (Source : Tara Océans)

Les premiers résultats de ces analyses ont toutefois permis de récolter de nombreuses informations sur le plancton marin et de mieux comprendre comment le réchauffement climatique influence leur existence. Ils ont fait l’objet de cinq études publiés dans la revue américaine Science.

Les travaux de recherches ont consisté à cartographier la biodiversité d’un vaste panel d’organismes composant le plancton. « Il s’agit du plus grand travail de séquençage jamais effectué pour des organismes marins », souligne Patrick Wincker, chercheur au Centre national français de séquençage (Genoscope), membre de l’équipe.

« Les analyses ont révélé environ 40 millions de gènes microbiens dont la grande majorité sont nouveaux, ce qui suggère que la biodiversité planctonique pourrait être bien plus importante que ce que l’on imaginait », ajoute-t-il. Le plancton constituerait donc un ensemble extrêmement diversifié.

Au total près d’un milliard de codes-barres génétiques de micro-organismes ont été identifiés. Le tout rassemblant le matériel génétique de plus de 35.000 espèces de bactéries planctoniques différentes. Mais parmi les composants du plancton, on trouve aussi des virus, des microbes, des algues unicellulaires et des larves de poissons.

Ces résultats ont également permis de relever des combinaisons différentes de plancton, selon la température de l’eau. Ces découvertes seront utilisées notamment pour des modèles informatiques dans le cadre d’études sur le changement climatique et l’impact que celui-ci représente pour les écosystèmes marins.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s