Les lunes de Pluton sont encore plus étranges qu’on ne pensait

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université du Maryland met en évidence les mouvements rotatoires chaotiques des lunes de Pluton.

La plupart du temps, le mouvement des lunes sur elles-même suit une trajectoire quelque peu régulière. Toutefois, la rotation des satellites de Pluton s’avère beaucoup plus chaotique. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université du Maryland sur ces astres confirme le caractère imprévisible de ces derniers.

Pour en arriver à de tels résultats, les scientifiques ont examiné des photographies capturées entre 2005 et 2012 par le télescope spatial Hubble de la NASA. Une banque d’images qui a été amplifiée par des clichés d’autres dispositifs d’observation.

Grâce à ces données, les chercheurs ont pu identifier les orbites des quatre petites lunes de Pluton à savoir : Styx, Nix, Kerberos et Hydra. Ces satellites gravitent non seulement autour de la planète naine mais aussi autour de sa plus grosse lune : Charon. Pluton et Charon forment un ensemble désigné comme un « système binaire de planètes », même si officiellement aucun des deux astres ne possède le titre de « planète ».

Lunes Pluton

Une comparaison de la taille, de la forme et des couleurs des lunes de Pluton. 1 mile vaut 1,6 km environ.

Cette appellation renvoie à l’interaction forte qui existe entre les deux corps aux tailles relativement proches. Tels deux haltères reliées par une tige, Pluton et Charon forment un duo indissociable à l’intérieur duquel, ils évoluent en orbite autour d’un barycentre commun. Les plus petits satellites se déplacent quant à eux, autour de cet étonnant système.

La description de leurs orbites a fait l’objet d’une nouvelle publication dans la revue Nature. Selon les auteurs de l’étude, Styx, Nix et Hydra évoluent selon des trajectoires verrouillées ensemble et donc des trajectoires pouvant être considérées comme prévisibles et stables. En revanche, les mouvement de rotation des lunes sont plus aléatoires et désorganisés (ci-dessous les mouvements de rotation chaotiques de Nix).

Nix et Hydra, semblent en effet se mouvoir autour de leur propre axe, indifféremment du côté faisant face à la masse centrale. Ce comportement est inhabituel pour des corps lunaires et engendre un certain nombre d’incertitudes. La vitesse, le sens de rotation, et l’emplacement des pôles de ces lunes peuvent changer à tout moment.

« Les lunes de Pluton sont comme des adolescents têtus qui refusent de suivre les règles », explique en guise de comparaison Douglas Hamilton, co-auteur de l’étude. Selon les chercheurs, ce comportement chaotique pourrait dépendre en partie du champ gravitationnel variable entre Pluton et Charon ou encore de la forme de ces petits satellites non pas sphérique mais plus proche d’un ballon de rugby.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Promenade spatiale au fil des ondes« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s