Le robot Philae s’est finalement réveillé à la surface de sa comète

L’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé le réveil de Philae après que celui-ci a communiqué avec la Terre dans la nuit de samedi à dimanche.

Après avoir passé sept mois endormi à la surface de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, dite « Tchouri », Philae, l’atterrisseur de la sonde Rosetta, s’est finalement réveillé. La remise en activité du robot de l’agence spatiale européenne (ESA) est advenue dans la nuit de samedi à dimanche, à 22H28, heure européenne.

L’événement tant attendu n’a pas manqué de provoquer l’enthousiasme au sein de la communauté scientifique. « Philae est vivant ! C’est formidable ! » a ainsi déclaré à l’AFP, Jean-Yves le Gall, président du CNES, l’agence spatiale française.

« Pendant 85 secondes, Philae a « parlé » avec son équipe au sol », a pour sa part commenté l’ESA dans un communiqué. Selon l’agence européenne, le signal envoyé par l’atterrisseur est une manière de dire : « Hello la Terre ! Vous m’entendez ? ». C’est d’ailleurs ce même message qui est apparu sur le profil Twitter du petit robot.

Rosetta & Tchouri

Si la communication témoigne du retour du robot, elle a également permis de récupérer de nombreuses données sur son état. « Philae se porte très bien », rassure l’ESA. « Sa température opérationnelle est actuellement de -35°C et il dispose de 24 Watts de puissance ». Des informations qui se veulent plutôt rassurantes.

Selon Patrick Martin, directeur de la mission Rosetta, elle ont « suffi pour confirmer que Philae est en bonne santé et que ses sous-systèmes sont OK en termes d’énergie et de température pour continuer à communiquer avec la sonde ». En effet, Philae ne peut opérer que lorsque sa température interne est au-dessus des -45°C. L’interrupteur thermique dont il est doté ne permet ainsi son réveil que lorsque cette condition est respectée.

Par ailleurs, le robot a besoin d’un minimum de 12 watts pour entrer en contact avec Rosetta et recevoir ses télécommandes. Cette limite s’élève à 19 watts pour répondre et envoyer des données. En réalité, Philae s’est probablement réveillé il y a quelques jours voire quelques semaines mais n’avait jusque là pas assez d’énergie pour communiquer avec la Terre.

Maintenant que toutes les conditions à son bon fonctionnement sont remplies, Philae va pouvoir se remettre au travail. D’ici peu, il devrait être capable de capturer des images et récolter de précieuses données sur la comète Tchouri.

En utilisant l’énergie prodiguée par ses panneaux solaires, Philae réalisera des forages dans le sol à raison d’une heure et demie par jour. Les échantillons récoltées seront par la suite analysés. Pour remplir sa mission, l’atterrisseur a été équipé d’un panel de dix instruments. Pour en arriver là, Philae a voyagé durant près de dix ans en compagnie de la sonde Rosetta.

Il a ainsi parcouru plus de 6 milliards de kilomètres pour rejoindre la comète Tchouri. Il y a atterri à la surface le 12 novembre 2014. Malheureusement, ce dernier a terminé dans une zone relativement peu ensoleillée. Incapable de recharger rapidement ses batteries à l’aide de ses panneaux solaires il s’est endormi durant plusieurs mois.

Cette période d’hibernation a pris fin suite à l’amélioration de la luminosité et à l’élévation de la température dans la zone où il se trouvait.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur les site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Question d’espace« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s