D’énormes poissons rouges envahissent les écosystèmes canadiens

La province de l’Alberta, au Canada, connaît actuellement une recrudescence de l’introduction de poissons rouges dans ses cours d’eau. Les autorités craignent qu’en grossissant comme ils le font, ces animaux menacent les écosystèmes aquatiques locaux.

« C’est vraiment effrayant parce que ça veut dire qu’ils se reproduisent dans la nature, ils deviennent assez grands et ils survivent aux hivers aussi loin dans le nord, » s’est inquiétée Kate Wilson, de l’Environnement et des Parcs de l’Alberta, aux journalistes de la Société Radio-Canada. Mais de quoi parlent-elles ? De lions ? De requins ? Non, de poissons rouges géants !

Les autorité de l’Alberta, une province du Canada, viennent de lancer l’opération « Don’t let It Loose ! », ou « Ne le laissez pas s’échapper ! » en français, pour sensibiliser le public aux dangers environnementaux de la libération de poissons rouges dans les lacs et rivières canadiens.

Cela peut surprendre, mais les poissons rouges sont considérés comme des animaux invasifs en Alberta. Les experts de l’Environnement et des Parcs de cette province craignent qu’ils puissent menacer la biodiversité locale. En devenant particulièrement gros une fois libérés, ils risquent de déséquilibrer les écosystèmes de la région.

Poissons rouges géants Canada

Des poissons rouges géants ont été trouvés dans un étang (Source : Environnement et parcs Alberta).

La campagne « Don’t let It Loose ! » devrait s’adresser principalement aux propriétaires de poissons rouges, aux animaleries et à ceux qui vendent des poissons vivants. Selon Kate Wilson, « environ un tiers des espèces invasives qui menacent les milieux aquatiques natifs viennent d’aquariums et du commerce de plantes ornementales ».

De plus, la campagne s’intéresse aussi aux « libérations de charité », une pratique bouddhiste qui consiste à relâcher des animaux dans la nature pour s’assurer un bon karma. Elle peut mener à la libération de plusieurs milliers d’animaux d’un coup et, bien entendu, les créatures libérées souffrent aussi de telles méthodes.

Des démarches sont déjà engagées pour faire face à l’invasion de poissons rouges. Ainsi, la municipalité de Wood Buffalo a retiré 40 poissons rouges d’un étang de récupération des eaux pluviales. Les autorités de l’Alberta ont rapporté avoir capturé des spécimens de la taille d’une assiette.

Et les poissons vivants ne sont pas le seul problème. Même une fois passés à trépas, ils restent dangereux. En les jetant dans les toilettes, leurs propriétaires peuvent introduire de nouveaux parasites et des maladies dans les eaux canadiennes. Il est donc conseillé d’offrir à son compagnon à écailles des funérailles dignes de ce nom, ou, pour les moins émotifs, de le mettre à la poubelle.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s