Le réchauffement climatique va-t-il refroidir l’Europe ?

En étudiant cinquante ans d’archives climatiques des régions arctiques, des chercheurs confirment une tendance déjà évoquée : le recul de la banquise en hiver réduit les échanges thermiques entre les eaux chaudes du Gulf Stream et l’atmosphère. Selon eux, ce moindre apport de chaleur conduirait, à terme, à refroidir le climat en Europe.

Quel est l’effet du réchauffement des eaux de surface en Atlantique nord sur l’énorme mécanique climatique qui siège en mer de Norvège ? La question est posée depuis longtemps, parfois sous une forme provocatrice : « le Gulf Stream pourrait-il s’arrêter ? »

C’est qu’en effet les phénomènes qui se déroulent là, au moins en hiver, ont un fort impact sur le climat, européen en particulier. Les eaux chaudes du Gulf Stream, venues de l’ouest se refroidissent lorsqu’elles parviennent en hiver au nord de l’Islande. Tant et si bien qu’elles deviennent plus lourdes que l’eau située en profondeur (car elles sont aussi très salées).

Circulation océanique globale

Circulation océanique globale (Source : Planet Observer/INSU).

Cette stratification inversée provoque un mélange des couches d’eau, véritable plongeon des eaux de surface qui s’échappent ensuite vers le sud, à quelques centaines de mètres de profondeur. C’est l’AMOC (Atlantic Meridional Overturning Circulation). À ce refroidissement des eaux correspond un réchauffement de l’air qui s’en va baigner l’Europe d’un climat bien plus doux que sur les côtes américaines : Madrid, à la même latitude que New York, ne connaît jamais de tempêtes de neige et la météo de Paris n’est pas celle de Terre-Neuve…

Jusqu’ici, les études sur les effets d’un réchauffement des eaux de surface dans la région arctique prenaient surtout en compte les variations de salinité. Une équipe internationale, menée par G. W. K. Moore, de l’université de Toronto Mississauga, au Canada, s’est intéressée aux variations de température et aux échanges entre la mer et l’atmosphère, en épluchant les données du CPEMMT (Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme) de 1958 à 2014.

Leur étude, publiée dans Nature Climate Change, affirme que les échanges thermiques entre l’eau et l’air se sont réduits d’environ 20 % entre 1979 et aujourd’hui. Selon eux, cette baisse est d’abord due au recul de la banquise en hiver qui a déplacé d’autant la région où se produisent ces échanges. Celle-ci, désormais, se situerait plus au nord et plus près du Groenland, dans une zone moins favorable à la coulée des eaux de surface, ce qui réduirait l’efficacité des transferts de chaleur par convection. D’où un moindre réchauffement de l’atmosphère, d’où la prédiction d’un climat plus froid en Europe. Une information qui tombe au moment où la canicule s’abat sur la France…

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s