La comète Tchouri pourrait abriter la vie (extraterrestre)

Le petit robot Philae ne serait pas le seul habitant de la comète Tchouri, selon d’éminents scientifiques. L’astre, également inspecté par la sonde Rosetta, pourrait abriter une abondante vie microbactérienne extraterrestre.

Et si le robot Philae, largué par la sonde Rosetta sur la comète Tchouri, n’était pas seul ? C’est la question à laquelle des astronomes et astrobiologistes réputés ont tenté de répondre lors du National Astronomy Meeting 2015 à Llandudno, au Pays de Galles, rapporte The Guardian. Et il se pourrait bien que la réponse soit oui. En cause : la croûte noire riche en matière organique sur la surface de la comète, qui pourrait s’expliquer par la présence d’organismes vivants.

Rosetta, la sonde européenne en orbite autour de la comète, a également capté « d’étranges amas de matière organique »… Ressemblant à des particules virales. Le seul problème, c’est que ni Rosetta, ni Philae ne sont équipés des instruments adéquats à la recherche de vie extraterrestre. La proposition avait pourtant été faite lors de la planification de la mission, il y a plus de 15 ans, mais n’avait malheureusement pas été prise au sérieux.

Tchouri

Y aurait-il de la vie extraterrestre sur la comète Tchouri ? Oui, selon d’éminents scientifiques. (Source : ESA)

« Il y a 500 ans, il était inconcevable pour les gens que la Terre ne soit pas le centre de l’univers. Aujourd’hui, on reste persuadé que la vie et la biologie sont forcément liées aux conditions terriennes », regrette le professeur Chandra Wickramasinghe, un astronome et astrobiologiste qui avait travaillé sur la conception de la mission Rosetta-Philae.

Un avis que partage son collègue, le docteur Max Wallis de l’Université de Cardiff, qui estime que les comètes, dont Tchourioumov-Guérassimenko, pourraient très bien abriter des microbes similaires aux « extrêmophiles », que l’on peut trouver dans les régions les plus inhospitalières sur la Terre. Les deux scientifiques sont partisans de la thèse répandue selon laquelle les comètes pourraient avoir contribué à semer « les graines de la vie » sur la Terre, mais aussi d’autres planètes, comme Mars.

Max Wallis et Chandra Wickramasinghe ont d’ailleurs effectué des simulations sur ordinateur qui suggèrent que des microbes puissent habiter sur la Comète. Et plus particulièrement dans les zones où se trouve de l’eau. Car de la glace est présente sur Tchouri en au moins deux endroits : à la surface, entourée d’une croûte d’hydrocarbures noire, et au fond de plusieurs cratères, où d’anciens lacs gelés sont recouverts de « débris organiques ».

Selon Chandra Wickramasinghe, toutes ces données sont autant de preuves d’une présence micro-bactérienne. « La matière noire (présente à la surface de Tchouri, NDLR) se renouvelle constamment alors qu’elle est constamment chauffée – et portée à ébullition – par le soleil. Il n’y a pas d’explication évidente, mais quelque chose doit forcément être produit à un rythme soutenu ». « Quelque chose » qui pourrait bien être vivant…

Source : L’Express

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « La recherche de la vie dans l’Univers« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s