L’atmosphère de la Lune dévoile son étonnante composition

En analysant les données récoltées par la sonde LADEE de la NASA, des astronomes ont révélé la présence de néon dans l’atmosphère ténue de la Lune.

De nombreux chercheurs l’ont étudiée, des satellites l’ont explorée et certains astronautes l’ont même visitée et pourtant, la Lune a encore bien des choses à nous faire découvrir. Récemment la NASA a annoncé la découverte de néon dans l’atmosphère raréfiée de notre satellite naturel. Une conclusion qui vient finalement confirmer les soupçons de longue date émis par les scientifiques.

« La présence de néon dans l’exosphère de la Lune a fait l’objet de suppositions depuis les missions Apollo, mais aucune preuve tangible n’avait été fournie pour appuyer cette hypothèse. Nous sommes ravis non seulement de confirmer sa présence, mais aussi de montrer qu’il y en a relativement beaucoup », a déclaré dans un communiqué Mehdi Benna, chercheur au Centre de vols spatiaux Goddard, à Greenbelt (Etat du Maryland).

Ne vous attendez toutefois pas à vous retrouver dans une sorte de Las Vegas lunaire. A la surface du satellite, le néon n’engendre aucune forme de lueur. Cette particularité est directement liée à l’atmosphère ténue de l’astre, communément appelée exosphère. Cette dernière est 100 milliards de fois moins dense que l’atmosphère terrestre au niveau de la mer.

Lune

Dans un tel environnement, la présence de néon n’est pas en quantité suffisante pour faire scintiller les environs. Mais des concentrations tout de même relativement abondantes ont été identifiées dans le cadre du programme Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer (LADEE) de la NASA.

La sonde éponyme de ce projet a survolé la Lune durant sept mois pour étudier son enveloppe gazeuse et les poussières en suspension qui s’y trouvaient. Une fois sa mission achevée et à court de carburant, elle s’est délibérément écrasée le 17 avril sur la face cachée de l’astre.

L’incroyable quantité de données récupérées par le dispositif est désormais en cours de traitement. Grâce à son spectromètre de masse, LADEE a notamment pu constater que l’exosphère de la Lune était composée presque entièrement d’argon, d’hélium et de néon.

Les résultats ont fait l’objet d’une publication dans la revue Geophysical Research Letters. Selon les auteurs, les gaz présents dans l’atmosphère sont généralement amenés par les vents solaires. Si la plupart, restent à la surface lunaire, le néon est parmi les rares éléments suffisamment volatils pour retourner dans l’exosphère.

Cette découverte pourrait avoir des implications pour les futures missions d’exploration humaine sur la Lune. L’atmosphère lunaire est en effet tellement raréfiée que les fusées pourraient modifier significativement sa composition. « Il est essentiel d’en apprendre davantage sur l’exosphère lunaire avant que l’augmentation des explorations humaines ne la modifie considérablement », a ainsi conclu Mehdi Benna.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Question d’espace« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s