L’empreinte écologique des Franciliens s’allège

Grâce aux progrès réalisés en matière de transports, l’empreinte écologique des Franciliens s’est réduite au cours des dix dernières années. Elle reste cependant très supérieure à la « biocapacité » de la région.

L’empreinte écologique de l’Ile-de-France, région la plus peuplée et la plus riche de l’Hexagone, tend à s’alléger. En 2014, le poids de l’empreinte écologique d’un Francilien, soit la somme des ressources naturelles prélevées pour qu’il se nourrisse, boive, se chauffe, se déplace, produise, s’élevait à 4,81 hectares globaux par habitant (hag/hab), alors qu’en 2014 elle atteignait 5,58 hag, soit une réduction de 13,8 % en dix ans, révèle une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile de France (IAU-IF)

Cette amélioration s’explique essentiellement par les progrès réalisés dans la région en matière de mobilité durable. Dans ce domaine précisément, l’empreinte francilienne s’atténue grâce, notamment, à un moindre recours à l’automobile. Le développement du réseau de transports en commun, l’essor des systèmes de mobilité partagée (Velib, Autolib), mais aussi la saturation du réseau routier et la rareté des places de stationnement ont entraîné, au cours des dix dernières années, une baisse de l’usage de la voiture individuelle. En 2010, les Franciliens réalisaient en 1,46 déplacement par jour et par personne en voiture, contre 1,54 dix ans plus tôt. « La baisse qui se poursuit aujourd’hui apparaît faible mais elle est historique. Pour la première fois depuis les Trente Glorieuses, on a un recul des trajets en voiture », souligne Jérémy Courel, économiste, chargé des Etudes mobilité à l’IAU-IF.

Si globalement elle s’améliore, l’empreinte écologique francilienne n’en reste pas moins supérieure à celle du reste de la France (4,66 hag/hab en 2014), en raison de l’impact plus important de l’alimentation et de la consommation de biens et services. Ces postes représentent à eux seuls plus de 75 % de l’empreinte francilienne.

Tramay Paris

Tramway reliant la porte de Vincennes et la Porte de la Chapelle. L’allègement de l’empreinte écologique de l’Ile-de-France est en grande partie du à l’essor des transports en commun et des transports doux (Source : AFP).

« Les Franciliens prennent plus souvent leur repas à l’extérieur, contrairement à leurs concitoyens, et consomment davantage de produits exotiques », explique Luli Lima Nascimento, géographe urbaniste de l’IAU-IF, auteur de l’étude. Aussi, la région est-elle, avec le Nord-Pas-de-Calais, celle où la consommation de plats préparés – produits à forte empreinte écologique – est la plus élevée.

L’empreinte élevée des biens et services consommés s’explique, elle, par un revenu disponible moyen sensiblement plus élevé (+ 20,4 %) dans la région que dans le reste de la France, et une offre, notamment culturelle, plus abondante.

A l’inverse, l’empreinte du logement en Ile-de-France est inférieure à ce qu’elle est en moyenne dans l’Hexagone. La superficie moyenne des logements franciliens est de fait plus faible que la moyenne nationale (32,6 m2 contre 39,8 m² pour la résidence principale). Cependant, les habitations franciliennes sont plus énergivores (0,45 hag/hab contre 0,41 hag/hab), observe l’IAU-IF qui, pour affiner son analyse, s’est attaché à regarder la différence d’empreinte écologique entre cinq ménages franciliens types, selon leur logement et leurs usages en matière de transports.

Les empreintes écologiques du logement les plus fortes sont observées chez les cadres et professions intellectuelles vivant et travaillant en grande couronne, et chez les retraités vivant en grande couronne. Ce sont les deux populations pour lesquelles la taille moyenne d’habitation rapportée au nombre de personnes composant le ménage est la plus élevée (respectivement +50,6 % et + 46,8 % par rapport à la moyenne régionale). Et cela se traduit par une empreinte plus marquée tant par l’occupation de l’espace au sol que par la quantité de bois d’œuvre consommée pour le chauffage.

A l’inverse, ayant la plus petite taille de logement rapporté au nombre de personnes du ménage (-8,9 % par rapport à la moyenne nationale), les employés habitant la grande couronne et travaillant en petite couronne affichent la plus faible empreinte écologique du logement.

Sur le plan de la mobilité, l’empreinte écologique des cinq profils de ménages dégagés par l’Institut ne présente pas en revanche de différences sensibles, le kilométrage hebdomadaire parcouru en voiture particulière étant plutôt homogène.

Malgré des évolutions positives, l’empreinte écologique francilienne s’avère neuf fois supérieure à la « biocapacité » de la région, c’est-à-dire sa capacité à reconstituer ses ressources et à absorber les déchets compte tenu de ses sols et espaces marins disponibles. La biocapacité est réduite en Ile-de-France à 0,54 hag par habitant et par an, contre 2,99 hag/hab dans l’Hexagone, soit 82 % de moins.

Source : Le Monde

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Développement durable/Energie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s