Le noyau de la Terre n’est pas si riche en silicium, disent les angrites

La composition chimique des planètes du Système solaire, y compris la Terre, reste incertaine, même pour les éléments majeurs comme le magnésium ou le silicium. Une équipe internationale, grâce à l’analyse des angrites, une classe rare de météorites, vient de remettre en cause l’interprétation des différences de compositions isotopiques de silicium planétaires. Ce n’est pas un détail puisqu’elles étaient considérées jusqu’ici comme la preuve d’une grande quantité de cet élément dans le noyau terrestre.

La détermination de la composition chimique globale de la Terre est l’une des questions clefs qui occupe depuis longtemps les géochimistes. Elle est difficile à résoudre car la grande majorité des matériaux qui forment notre planète ne peuvent pas être directement échantillonnés au-delà de 30 km de profondeur. À côté de la sismologie et de la géodésie, la géochimie isotopique est l’un des moyens d’évaluer indirectement la composition du manteau profond et du noyau de la Terre, et ainsi de proposer une estimation de la composition globale de notre Planète.

Les mesures sismologiques ont montré au XXe siècle que le noyau de la Terre ne pouvait pas être composé uniquement de fer et de nickel et que des éléments plus légers devaient en faire partie. Le développement récent de la géochimie isotopique des éléments majeurs constituant la Terre profonde, comme le fer et le silicium, a permis de progresser sur cette question depuis une dizaine d’années. En comparant la composition isotopique du silicium de la Terre à celles des autres corps telluriques du Système solaire, notamment la Lune, il était admis jusque-là que la composition isotopique plus lourde de la Terre (de l’ordre de 0,2 ‰ pour le rapport 30Si/28Si) pouvait s’expliquer par la présence significative (de l’ordre de 10 %) de silicium dans le noyau de notre planète.

Angrite

Les angrites, nommées d’après Angra dos Reis, une municipalité de Rio de Janeiro, au Brésil où est tombée le 20 janvier 1869 une représentante de ce groupe rare de météorites, sont des achondrites constituées principalement des minéraux olivine, augite et anorthite. Ce sont parmi les roches magmatiques les plus anciennes connues avec des âges de cristallisation d’environ 4,56 milliards d’années. (Source : Randy Korotev)

Dans un article publié dans la revue Earth and Planetary Science Letters, des chercheurs du Laboratoire géosciences environnement Toulouse (CNRS-INSU, Université de Toulouse, IRD), de l’université de Chicago, de Nagoya et de l’Institut de technologie de Chiba (Japon) révèlent qu’une classe de météorites, appelées angrites, présentent une composition isotopique du silicium plus lourde que celle du manteau terrestre, de presque 0,1 ‰ pour le rapport 30Si/28Si.

Une composition isotopique aussi lourde n’avait été obtenue sur aucun autres astéroïde ou planète du Système solaire jusqu’ici. Les faibles pressions qui ont régné à l’intérieur du corps parent des angrites, relativement à celles de la Terre, ainsi que des conditions beaucoup plus oxydantes, n’ont pas permis à des quantités notables de silicium d’incorporer le noyau métallique depuis le manteau silicaté de cet astéroïde. Par voie de conséquence, l’hypothèse du silicium incorporé dans le noyau terrestre basé sur les compositions isotopiques du silicium doit être réexaminée.

La clef de l’énigme est à chercher dans la séquence de condensation des solides qui s’est produite autour du Soleil jeune lors du refroidissement de la nébuleuse protoplanétaire, et à partir desquels les planètes se sont formées ultérieurement par accrétion.

Plus précisément, les auteurs montrent le rôle important joué par la condensation de la forstérite, une olivine riche en magnésium, similaire à celle que l’on trouve dans le manteau terrestre. Le fractionnement isotopique entre le gaz SiO et la forstérite à 1.370 K dans la nébuleuse solaire peut avoir produit les variations isotopiques du silicium et les rapports Mg/Si observés. Cette étude permet d’abaisser notre estimation de la composition en silicium du noyau de la Terre à 3,6 % en masse, au lieu de 10 %, et surtout d’évaluer plus précisément les abondances relatives en magnésium et silicium des planètes et astéroïdes du Système solaire que ce qui avait pu être fait jusqu’ici. Cette nouvelle connaissance permettra également de déterminer avec plus de finesse la minéralogie des parties profondes et inaccessibles de la Terre et ainsi de mieux expliquer son mode de formation et ses propriétés géophysiques actuelles.

Source : Futura-Sciences

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s