Une planète supposée orpheline dévoile un incroyable secret aux astronomes

Une étude menée par une équipe d’astronomes suggère l’existence d’un lien gravitationnelle entre une étoile et une planète supposée jusqu’à présent orpheline. Mieux encore, ce système planétaire serait le plus grand jamais observé dans l’espace.

Dénommée 2MASS J2126-8140, cette planète a une particularité singulière : elle orbite à pas moins de 7.000 unités astronomiques de son étoile TYC 9486-927-1. Une distance colossale qui lui a longtemps valu la désignation de planète orpheline, autrement dit une planète sans étoile parent.

Bien que 2MASS J2126-8140 et son étoile soient connues des astronomes depuis huit ans, la liaison gravitationnelle qui les unit n’a été mise en évidence que très récemment par une équipe de chercheurs britanniques, américains et australiens dirigée par Niall Deacon, de l’université du Hertfordshire, en Angleterre.

L’incroyable découverte a fait l’objet d’une publication dans la revue Monthly Notices de la Royal Astronomical Society. Selon les auteurs de l’étude, le système planétaire représente un véritable record. « C’est le plus grand découvert à ce jour », affirme Niall Deacon. « Nous en connaissons depuis longtemps les deux astres mais personne jusqu’à présent n’avait repéré le lien entre ces derniers ».

Planète 2MASS J2126 8140

Vue d’artiste de 2MASS J2126-8140 (Source : University of Hertfordshire).

Il faut dire qu’à une telle distance, le lien est quelque peu difficile à identifier. C’est pourquoi les astronomes ont longtemps cru que 2MASS J2126-8140 était orpheline, ou errante. Ce genre de cas est commun dans l’espace et concerne tous les objets de la masse d’une planète, dépourvu d’un lien gravitationnel avec une étoile ou une naine brune.

2MASS J2126-8140 a largement la masse d’une planète, 11 à 15 fois plus grande que Jupiter mais elle n’est pas orpheline. En récoltant des données, les chercheurs se sont aperçus qu’elle se trouvait à une distance similaire de la Terre que la naine rouge, TYC 9486-927-1, soit environ 100 années-lumière.

Ils ont alors comparé les mouvements des deux objets à travers l’espace et constaté qu’ils se déplaçaient ensemble. Selon les chercheurs, l’étoile hôte se situerait à environ mille milliards de kilomètres. A titre de comparaison, la distance qui sépare les deux astres équivaut à 7.000 fois celle entre la Terre et le Soleil. Et c’est un record.

La distance équivaut à 6.900 unités astronomiques, soit trois fois plus que le précédent record établi à 2.500 unités astronomiques, soit environ 370 milliards de kilomètres. Cet éloignement est d’ailleurs si important, que la planète met près de 900.000 ans pour compléter son orbite autour de l’étoile.

« Nous avons été très surpris de trouver un objet d’une masse peu élevée si loin de son étoile parent », a commenté dans un communiqué le Dr Simon Murphy de l’Australian National University. Reste à savoir maintenant comment un tel système planétaire s’est formé.

Au vu de la distance qui sépare la planète et son étoile, les scientifiques ont écarté la théorie du disque protoplanétaire. « Il est impossible que le système se soit formé de la même manière que notre système solaire, à partir d’un large disque de poussière et de gaz », a expliqué le Dr Murphy.

« On peut émettre l’hypothèse que [la planète et son étoile] se sont formées il y a 10 à 45 millions d’années à partir d’un filament de gaz qui les a poussées ensemble dans la même direction », a poursuivi l’astronome. « Elles ne devaient pas se trouver dans un environnement très dense. Elles sont tellement faiblement liées que n’importe quelle étoile voisine aurait complètement perturbé leur orbite ».

L’équipe prévoit désormais de poursuivre ses travaux de recherche pour en savoir plus sur le système planétaire. De plus amples études devraient permettre de définir la masse exacte de la planète ainsi que son orbite et déterminer comment le couple s’est formé.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Promenade spatiale au fil des ondes« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s