Pourquoi le 29 février ne tombe-t-il que tous les 4 ans ?

D’une année à l’autre, le calendrier n’est pas toujours le même. Tous les 4 ans, un nouveau jour vient s’ajouter : le 29 février. On appelle ça une année bissextile. Mais pourquoi y a-t-il un jour supplémentaire tous les 4 ans ?

Trente-et-un, c’est le nombre de jours que comptent habituellement les mois de l’année. A quelques exceptions près : avril, juin, septembre et novembre eux n’en comptent que trente. Février lui est encore plus atypique, il ne compte que vingt-huit jours. Sauf tous les 4 ans où il en compte vingt-neuf !

Mais pourquoi un tel casse-tête ? En réalité, créer un calendrier a été un véritable casse-tête pour l’humanité. Et de nombreuses modifications ont dû être apportées au cours de l’histoire. Parmi les découvertes clés, figure celle de la rotation de la Terre autour du Soleil. Et l’existence du 29 février en découle directement.

La Terre réalise le tour du Soleil en exactement 365,25 jours selon l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE). Comme tout le monde le sait, une année classique dure 365 jours. Un calcul rapide suffit ainsi à constater qu’il manque quelque chose. Où est passé le 0,25 jour restant ?

29 février

C’est ici qu’interviennent les années bissextiles. En effet, il est assez dur d’instaurer un quart de journée dans le calendrier. Il a donc été décidé au cours de l’histoire d’ajouter un jour tous les 4 ans afin de rattraper le retard accumulé. 0,25 jour x 4 = 1 jour ! Voilà pourquoi les années bissextiles comptent 366 jours au lieu de 365.

Le premier à s’être posé la question du rattrapage de ces années bissextiles est Jules César, en 46 avant J.C. Sous les conseils d’un astronome égyptien, Sosigène, il a opté pour instaurer un 366ème jour tous les 4 ans. C’est ainsi qu’est née la notion d’année bissextile. En effet, Jules César tenait à ajouter le jour sans perturber le rythme des fêtes romaines.

Il a ainsi été ajouté à un endroit un peu particulier : avant le 24 février, sous la forme d’une sorte de 23 février bis. Le jour constituait en réalité un « sixième jour bis » au sein de fêtes connues sous le nom des « calendes de Mars ». Il était alors appelé « bis sexto ante calendas martis ». C’est de ce « bis sexto » que découle l’adjectif bissextile.

A l’arrivée au pouvoir de l’empereur Auguste, la situation a légèrement changé mais les réformes décidées par Jules César ont tout de même été appliquées. Ce n’est vraiment qu’au moment de sa mort que les dates ont évolué. Pour lui rendre hommage ainsi qu’à Jules César, un jour de plus a été ajouté au mois de naissance des deux dirigeants, à savoir juillet et août.

C’est pour cela que les deux mois comptent 31 jours chacun. Et c’est le mois de février qui a payé les pots cassés. Pour compenser cet ajout, on lui a retiré des jours : 28 jours en temps normal pour 29 lors des années bissextiles.

Source : Maxisciences

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s