Une vidéo exceptionnelle d’une espèce très rare de baleine capturée au large de Madagascar

Une équipe de l’Aquarium de Nouvelle-Angleterre a découvert une population entière de l’une des espèces de baleines les plus rares au monde : le rorqual d’Omura. Elle a même réussi à capturer une vidéo d’une femelle nageant aux côtés de son petit.

En l’espace de quelques mois seulement, Salvatore Cerchio et ses collègues de l’Aquarium de Nouvelle-Angleterre, aux États-Unis, ont collecté une foule d’informations sur une espèce de baleine extrêmement mal connue. L’espèce en question, Balaenoptera physalus est répertoriée sous le nom commun de rorqual d’Omura.

Elle possède une population particulièrement importante au large des côtes Est de Madagascar. Ce vaste groupe évoluant dans les eaux peu profondes du littoral a été mis en évidence pour la première fois par Salvatore Cerchio. Un véritable exploit compte tenu de la difficulté à repérer ces cétacés.

Les baleines d’Omura sont en effet de petite taille (10 à 11 mètres en moyenne) et projettent une faible colonne d’eau avec leur évent, rendant difficile toute forme de repérage. Si certains marins affirment en avoir observé c’est qu’ils les confondent le plus souvent avec les rorquals de Bryde, assez similaires à ces derniers.

Rorqual d'Omura

Cela ne fait d’ailleurs que quelques années que les deux espèces ont été scientifiquement distinguées. Le fait de connaitre une population importante de rorquals d’Omura représente pour les chercheurs une grande opportunité scientifique. Grâce à cette découverte, l’équipe de Cerchio a pu observer plus de 80 individus parmi lesquels cinq mères accompagnées de leur petit.

La vidéo que vous pouvez observer ci-dessus dévoile l’une d’entre elles. A travers la séquence, on peut voir le rorqual d’Omura adulte nager aux côtés de son bébé. Ce genre d’enregistrement est exceptionnel, pour ne pas dire unique.

L’équipe de Salvatore Cerchio en a capturé beaucoup durant ses différentes missions. En novembre dernier, les chercheurs se sont rendus de nouveau à Madagascar afin d’enregistrer les vocalises de ces incroyables cétacés. Ils ont installé plusieurs hydrophones qu’ils récupéreront en avril avec les données recueillies.

Cette mine d’informations en tout genre leur permet de mieux décrire certaines habitudes et comportements de ces animaux en matière de recherche de nourriture, de reproduction ou encore d’interaction avec les autres membres du groupe.

En savoir plus sur les rorquals d’Omura est un avantage pour les biologistes et spécialistes des espèces menacées qui tentent de trouver des solutions pour protéger au mieux les populations à risque contre les contraintes environnementales.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin:Biodiversité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s