Le mystère des cercles de fées de Namibie enfin résolu ?

Pour la première fois, des cercles de fées ont été retrouvés en Australie. Une localisation inattendue pour ce phénomène habituellement observé en Namibie. Mais cette découverte pourrait permettre de lever le voile sur leur origine mystérieuse.

Véritable casse-tête, les « cercles de fées » représentent un mystère qui tient depuis bien des années les scientifiques en haleine. Nombreux sont ceux à avoir proposé une théorie sur l’origine de ces étranges cercles qui parsèment le sol des déserts au sud du continent africain, notamment en Namibie.

Jusqu’ici, ces formations ont toujours été considérées comme typique de cette région du globe. Mais leur découverte en Australie Occidentale change complètement la donne. L’identification pourrait même permettre de lever finalement le voile sur cette énigme de longue date.

Mis en évidence près de la ville minière de Newman, à 1.200 kilomètres au nord de Perth, les disques présentent les mêmes caractéristiques que ceux de Namibie. Leur description, réalisée par le chercheur allemand Stephan Getzin de l’Institut Helmholtz et son collègue australien, a fait l’objet d’une publication dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Les cercles de fées en Namibie.

Les cercles de fées en Namibie.

Selon les auteurs de l’étude, les cercles de fées australiens se composent, à l’instar de ceux africains, d’une surface stérile circulaire bordée par une couronne de végétation. Leur diamètre atteint jusqu’à deux mètres. Vues de haut, ces aires suivent, telles les alvéoles d’une ruche, une distribution hexagonale couvrant une zone d’environ 1.000 kilomètres carrés.

Les chercheurs ont longtemps pensé avoir affaire aux résultats de phénomènes plus ou moins naturels comme la présence de termites de sable, la toxicité du sol, des remontées de gaz ou encore la radioactivité. Des hypothèses qui ont rejoint les explications parfois mythologiques évoquées par les locaux.

« Certaines personnes pensent que des fées ont dansé dans un cercle au cours de la nuit, tandis que d’autres pensent qu’ils peuvent être les empreintes de Dieu », explique Stephan Getzin à ABC News, évoquant également des théories extraterrestres.

Pour en savoir plus, le scientifique a analysé une série de photographies aériennes complétées de données récoltées sur des échantillons de sol australien en 2014. Leur étude a rapidement permis d’exclure la théorie des termites. « Là-bas, nous avons trouvé dans la majorité des cas, aucun nid dans les cercles et contrairement à la Namibie, les termites de sable n’existent pas en Australie », indique le chercheur.

« Celles que nous avons trouvées ont une distribution complètement différente à celle des cercles de fées », poursuit-il. Pour lui, c’est une indication claire que le phénomène n’est pas dû à une activité animale. Et effectivement, les résultats ont semblé soutenir une toute autre théorie. Proposée il y a quelques années, celle-ci suggère que les formations pourraient être dues à un mode d’organisation des plantes.

Le phénomène découlerait ainsi du manque d’accès en eau et en nutriments qui créerait une compétition entre les végétaux. En Australie, les chercheurs ont constaté que les cercles se forment sur du sol sablonneux présentant par endroit des croutes d’argile dures. Des structures que l’eau ne parvient pas à pénétrer.

Au lieu de cela, l’eau coule vers d’autres points en périphérie où les plantes ont réussi à s’implanter. Et cette organisation se perpétue elle-même. Les zones dépourvues de végétation ne sont pas protégées du soleil, elles sont donc très chaudes voire cuites par la chaleur, ce qui les rend encore plus infertiles. A l’inverse, les zones où se trouvent les plantes restent plus fraiches et l’eau y trouve plus facilement son chemin.

« Les détails de ce mécanisme sont différents en Australie » et en Namibie, indique Stephan Getzin. « Mais cela produit le même motif de végétation parce que les deux systèmes de trous sont liés à la même instabilité ». S’il faudra davantage de recherches pour confirmer une fois pour toute cette théorie, Stephan Getzin est confiant.

« Il est tout à fait possible qu’il existe des cercles de fées encore inconnus dans d’autres régions sèches et inhabitées du monde. L’âge de la découverte est loin d’être terminée », conclut-il.

Source : Maxisciences

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le mystère des cercles de fées de Namibie enfin résolu ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s