Grippe aviaire : le retour

Un nouveau cas d’influenza aviaire a été détecté dans le Tarn. Cela porte à 77 le nombre de foyers dénombrés dans le Sud-Ouest. Des mesures ont été prises, notamment un vide sanitaire chez les éleveurs. Le virus n’étant pas transmissible aux humains, nous pouvons continuer à manger de la volaille.

Ils sont maintenant neuf départements du Sud-Ouest touchés par l’influenza aviaire : la Dordogne, la Haute-Garonne, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Vienne, le Gers, les Landes, le Lot, les Pyrénées-Atlantiques et maintenant le Tarn, où un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène a été confirmé dans un élevage de pintades à Labastide-Gabausse.

Des mesures de protection ont été prises pour éviter la propagation du virus. Les volailles de l’élevage seront abattues, les bâtiments nettoyés et désinfectés. Ont été mises en place une zone de protection de 3 km alentour et, à 10 km autour du foyer, une zone de surveillance dans laquelle les élevages de volailles seront régulièrement visités par les services vétérinaires. Dans ce périmètre, les transports de volailles sont restreints et les marchés d’oiseaux et lâchers de gibiers à plumes interdits.

Grippe aviaire France 19/04/2016

Au 19 avril 2016, il y avait 77 foyers de grippe aviaire détectés dans neuf départements du sud-ouest de la France (Source : Idé).

L’influenza aviaire est une maladie virale animale très contagieuse qui touche les oiseaux, qu’ils soient sauvages ou domestiques, et qui peut entraîner la mort de l’animal. Les oiseaux migrateurs pourraient diffuser la maladie vers les élevages. Le virus peut aussi entrer dans les élevages de bien d’autres manières, porté par des véhicules, des matériels ou des personnes.

Les symptômes sont respiratoires, digestifs et nerveux. Ils conduisent à une baisse de la productivité et à une mortalité anormale. Les formes graves touchent notamment les poules et les dindes, mais les canards et les oies montrent peu de symptômes. Parfois, le virus peut être transmis à d’autres animaux comme le porc, voire l’Homme, mais ces cas sont très rares.

Le séquençage de la souche H5N1 du premier foyer de Dordogne a montré qu’elle n’était pas dangereuse pour l’Homme. D’après l’ANSES, les souches identifiées en France ne sont pas pathogènes pour l’Homme. Le virus ne peut pas être transmis par la consommation de viande.

Un arrêté ministériel de décembre 2015 avait défini une « zone de restriction » dans le Sud-Ouest soumise à des mesures spécifiques pour restreindre les déplacements d’animaux notamment. Un autre arrêté de janvier 2016 avait étendu la zone de restriction à d’autres départements, dont le Tarn qui se trouve pourtant aujourd’hui touché. Il interdisait l’introduction de nouveaux canetons dans les élevages.

De plus, depuis ce lundi 18 avril, un « vide sanitaire » est en place pour lutter contre cette épizootie. Cette mesure impose aux éleveurs de 18 départements du Sud-Ouest de confiner leurs palmipèdes durant un mois. Les bâtiments qui ont contenu ces animaux devront également rester vides pendant 21 jours au moins et être désinfectés. Plusieurs milliers d’élevages sont concernés, et une baisse de la production est prévue.

Source : Futura-Sciences

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s