Après trois reports, Soyouz a enfin lancé Sentinel-1B et Microscope

Initialement prévu vendredi dernier et après trois reports, le lanceur Soyouz a finalement décollé cette nuit. Le satellite Microscope va vérifier un point clé de la relativité générale d’Einstein et Sentinel-1B va rejoindre son frère Sentinel-1A pour mieux observer la Terre.

Après trois reports, dont deux en raison de vents d’altitude défavorables, le lanceur Soyouz a finalement décollé de son pas de tir du Centre spatial guyanais dans la nuit de lundi à mardi. À 23 h 02 mn 13 s (heure de Paris), la quatrième tentative aura donc été la bonne. Pourquoi ces reports ? Le lanceur ne supporterait-il pas les vents trop forts ? La raison est différente et tient à la sécurité des populations alentour. Le lancement, en effet, ne peut pas avoir lieu si les vents sont tels qu’en cas de destruction de l’engin juste après le décollage la pollution risquerait d’atteindre des zones habitées.

Par ailleurs, le lancement devait intervenir à un instant précis, à la seconde près même. Il fallait en effet placer le satellite Sentinel-1B sur une orbite polaire héliosynchrone précise, légèrement rétrograde, où se trouve déjà Sentinel-1A et avec lequel son jumeau doit se « phaser ». Sentinel-1B, construit par Thales Alenia Space, sera placé sur le même plan, à 180° de son frère, afin d’améliorer les intervalles de revisite d’un même point à la surface du Globe.

Soyouz Guyane

L’ensemble de lancement Soyouz en Guyane.

Près de cinq heures d’attente ont été nécessaires avant qu’Arianespace n’officialise le succès de la mission. La séparation du satellite Sentinel-1B est intervenue 23 minutes et 35 secondes après le décollage et celle des trois petits CubeSats du programme « Fly Your Satellite ! » a eu lieu 2 h 48 mn et 11 s après le départ. Quant au satellite Microscope du CNES, il s’est séparé 4 heures et 52 secondes après le décollage. Au total, l’étage Fregat a été allumé à cinq reprises. D’une durée de 29 secondes, le dernier allumage lui a permis de se désorbiter et de ne pas encombrer inutilement l’orbite basse autour de la Terre.

Pour ce troisième lancement de l’année – le premier avec le lanceur Soyouz depuis le Centre spatial guyanais –, Arianespace a mis en orbite :

  • le satellite Sentinel-1B, du programme européen d’observation de la Terre Copernicus, pour le compte de la Commission européenne, qui rejoint le Sentinel-1A, les deux formant une constellation radar inédite ;
  • le satellite Microscope du CNES, qui doit réaliser une expérience inédite dans l’espace pour tester le principe d’équivalence, pilier de la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein ;
  • une charge utile auxiliaire de trois CubeSats du programme inédit Fly Your Satellite !, du bureau Éducation et gestion des connaissances, de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Question d’espace« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Après trois reports, Soyouz a enfin lancé Sentinel-1B et Microscope »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s