Un immense lac inconnu pourrait se cacher sous la surface de l’Antarctique

Une équipe de chercheurs du collège impérial de Londres a mis en évidence des preuves significatives de l’existence d’un immense lac subglaciaire situé sous la surface gelée de l’Est de l’Antarctique.

Les chercheurs du collège impérial de Londres en sont convaincus : il existe sous la glace de l’Est de l’Antarctique un immense lac subglaciaire. Ces derniers affirment avoir mis en évidence une série de preuves convaincantes de son existence sous la surface gelée du continent austral.

En témoignent les étranges canaux linéaires qui se dessinent sur l’image satellite de la zone connue sous le nom de « Terre Princesse-Elizabeth ». A travers le cliché, visible dans la vidéo ci-dessus, les scientifiques ont mis en évidence tout un réseau de sillons.

Les formations traversent de part et d’autre une région de plus de 1.000 kilomètres située entre Vestfold Hills et West Ice. Selon l’équipe, elles pourraient avoir été créées au cours du temps par l’écoulement d’un lac aujourd’hui subglaciaire.

Lac subglaciaire est Antarctique

Position du possible lac subglaciaire dans l’est de l’Antarctique.

Au vu de ces observations, le plan d’eau souterrain pourrait s’étendre sur une surface d’un millier de kilomètre carré, soit 80 fois plus grande que celle du lac Windermer situé en Angleterre, dans le parc national du Lake Distric.

Toutefois, ces estimations restent pour le moment de l’ordre de l’hypothèse, tout comme l’existence du lac en général. Le verdict sur la véracité de cette théorie devrait être rendu d’ici peu. Des chercheurs américains et chinois se sont en effet attelé à sonder la zone au moyen d’un radar à pénétration de sol.

Les données supplémentaires obtenues par cet appareil géophysique devraient permettre d’en savoir davantage sur la composition de la croûte et de ce qu’elle cache. Si l’existence de l’étendue d’eau est confirmée, tout comme son envergure, celle-ci pourrait s’élever parmi les plus grands lac sublaciaires, juste après le lac Vostok.

Ce n’est pas la première fois que le réseau de sillons visible au niveau de la Terre Princesse-Elizabeth intrigue les chercheurs. Il y a quelques mois déjà, des scientifiques britanniques avaient suggéré dans une étude que ces traces pouvaient suggérer l’existence d’un gigantesque canyon caché, voire d’un lac.

La nouvelle étude renforce l’hypothèse de cette possibilité qui laisse d’ores et déjà entrevoir de nombreuses perspectives. Les lacs souterrains en Antarctique représentent en effet un grand intérêt pour la science car ils peuvent abriter des organismes qui ont vécu isolés durant des millions d’années.

Selon les membres de l’équipe de recherche, « la découverte potentielle de ces grands canyons et lacs pourraient avoir un impact significatif sur notre compréhension de l’évolution tectonique et hydrologique de cette partie de la surface gelée ».

Source : Maxisciences

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s