Gigantesque incendie au Canada : des quartiers entiers réduits en cendres

Des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées de cette ville de l’Alberta (Canada) en attendant que les incendies se calment autour de Fort McMurray.

Plus de 1.100 pompiers luttent, ce jeudi 6 mai, contre 49 incendies, dont 7 totalement hors de contrôle, dans la province de l’Alberta, à l’ouest du Canada, où quelque 100.000 personnes ont été évacuées dans la région de Fort McMurray. Au total, 85.000 hectares ont brûlé dans toute la province, grande pratiquement comme la France, dont plus de 12.000 hectares autour de Fort McMurray.

Au sud-ouest de la ville, les quartiers de Waterways et de Beacon Hill ont été détruits à respectivement 90% et 70%, selon la mairie de Fort McMurray. La moitié du quartier Abasand, plus au nord, n’est plus que cendres et carcasses noircies.

« Je vais être très directe […] ce n’est simplement pas possible, ni responsable de spéculer sur le moment où les habitants pourraient rentrer » et « malheureusement, nous savons que ce ne sera pas une question de jours », a déclaré la Première ministre de l’Alberta Rachel Notley jeudi soir à la télévision. Un analyste de la Banque de Montréal a estimé dans une note que la facture pourrait s’élever à 9 milliards de dollars canadiens (6 milliards d’euros).

Incendie Fort McCurray

Fort McMurray fait face à un incendie aussi gigantesque qu’incontrôlable (Source : Reuters).

Les gouvernements provincial et fédéral ont chacun décidé de mettre un dollar pour chaque dollar versé par les Canadiens à la Croix-Rouge. Celle-ci avait levé jeudi 11 millions de dollars canadiens.

Des dizaines de véhicules en panne sèche à l’abandon, protégés par des rubans jaunes de la police, sont garés sur les bas-côtés de l’autoroute venant de Fort McMurray, leurs occupants ayant trouvé refuge non loin de là en attendant que les incendies se calment autour de Fort McMurray, dans l’ouest canadien.

Fermé au trafic non essentiel entre Fort McMurray et la route 55 à 250 kilomètres au sud, l’autoroute 63 était réservée jeudi dans les deux sens aux seuls véhicules d’urgence ou aux véhicules autorisés, qui roulaient à vive allure.

Un contraste après la circulation pare-chocs contre pare-chocs des deux derniers jours, symbole du flot des dizaines de milliers de personnes évacuées de cette ville de l’Alberta.

Sur cette portion d’autoroute à hauteur de Wandering River, le gérant de la station-service Husky se rappelle des embouteillages et, surtout, des files de véhicules s’allongeant sur des kilomètres pour remplir leur réservoir de carburant. Quelques automobilistes, dit-il, ont fait le plein et sont partis sans payer, ce qui l’a obligé in fine à réclamer le paiement avant de débloquer la pompe.

Depuis, le gouvernement provincial a conseillé aux évacués de garder les reçus pour les dépenses engagées afin de les justifier auprès de leur compagnie d’assurances.

La station a écoulé plus de 500.000 litres de carburant mardi et mercredi, quand près de 100.000 personnes ont fui Fort McMurray et ses environs, l’évacuation la plus importante pour des incendies au Canada. C’est 60 fois plus que le volume vendu pour un jour normal à cette station.

Beaucoup d’évacués sont restés bloqués, comme Ivy White et son fils Andrew. « Quand nous avons quitté Fort McMurray, il y avait tellement de circulation qu’avec mon réservoir rempli seulement au quart » le véhicule est rapidement tombé en panne, raconte à l’AFP cette automobiliste.

Le gouvernement a commencé jeudi un pont aérien pour sortir une bonne partie des 25.000 personnes coincées au nord de Fort McMurray.

Des baraquements de chantier utilisés généralement par les 600 travailleurs saisonniers à la construction d’un oléoduc ont été mis à disposition d’environ 400 évacués dont Ivy et Andrew.

Responsable du camp, Joe MacAulay explique avoir sillonné l’autoroute 63 avec la police et des employés du gouvernement pour récupérer les naufragés de la route qui souvent dormaient dans leurs véhicules.

Andrew Stannix est arrivé là après avoir erré en début de semaine aux abords de la zone interdite autour de Fort McMurray. Avec sa femme et leurs animaux de compagnie, il n’a aucune idée de leur prochaine destination. Une chose est sûre, dit-il, « nous irons là où il n’y a pas d’incendie ».

Gord Bell, accompagné de son fils aîné, est plutôt content d’avoir trouvé refuge dans ces baraques de chantier car elles ne sont pas si éloignées de leur maison. Mais il ignore si elle a brûlé.

Des dizaines de milliers de personnes ont rejoint les grandes villes au sud comme Edmonton, la capitale de l’Alberta à 230 kilomètres de là, ou Calgary à 550 kilomètres. Gord Bell, lui, « préfère être en première ligne pour rentrer » chez lui. « Je n’imagine pas abandonner Fort McMurray, c’est chez moi et je veux y vivre », confie-t-il. Conscient que la ville dont des quartiers entiers ont été ravagés par les flammes, va mettre du temps à se relever et à se reconstruire, il assure qu’il ne changera pas d’avis. « Si je dois vivre sous une tente pour un ou deux ans, je le ferai car tout ce que je veux c’est rester à Fort McMurray. »

Source : L’obs/AFP

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s