Éolien en mer : le déploiement débute en France

Les trois premiers projets de parcs éoliens en mer vont commencer à se déployer, en Manche et dans l’océan Atlantique. Le Français EMF et le Canadien Enbridge viennent de signer un accord industriel pour la construction et le pilotage. La ressource semble importante en France et a déjà commencé à être exploitée en Europe, notamment en Allemagne, au Danemark et au Royaume-Uni.

En mer, le vent, qu’aucun relief ne ralentit, souffle plus fort qu’à terre, plus régulièrement et de manière moins turbulente. Selon France Énergies Marines, une même éolienne produit jusqu’à deux fois plus de puissance quand elle est installée loin de la côte. De plus, au large, les espaces disponibles sont plus vastes et l’impact visuel est moindre. Cette logique a conduit à imaginer des parcs éoliens implantés plus ou moins loin des côtes – « offshore » ou « farshore » –, soit sur des fondations posées sur le fond (à moins de 50 m actuellement), soit sur des barges flottantes (une technique naissante).

Le chemin est cependant long entre l’idée et la réalisation car l’océan est un milieu difficile pour les constructions humaines. Le coût d’installation est donc nettement plus élevé qu’à terre. De plus, l’impact sur l’environnement n’est pas nul, surtout près des côtes, où les riverains n’apprécient pas forcément l’apparition d’une forêt de pylônes barrant leur horizon.

Eolienne offshore Angleterre

Le parc éolien de Sheringham Shoal, en mer du Nord, au large de Norfolk, en Angleterre, totalise 316,8 MW.

Ce potentiel a commencé à être exploité en Europe, où il semble élevé, notamment en France. Selon Wind Europe (ex-EWEA), la puissance totale installée en Europe était de 11.027,3 MW en décembre 2015. L’effort a été considérable cette année-là, particulièrement au Royaume-Uni, aboutissant à 3.230 éoliennes, réparties sur 84 parcs. La puissance moyenne de ces éoliennes était alors de 4,2 MW, soit 13 % de plus que l’année précédente. Les pales ont donc tendance à s’allonger…

L’énergie produite atteindrait 40,6 TWh par an (« lors d’une année aux vents normaux », précise Wind Europe), soit 1,5 % de la consommation d’électricité européenne. On remarque là le meilleur rendement de l’éolien offshore, dont le « facteur de charge » serait donc de 43 %. Ce paramètre est le rapport entre l’énergie produite sur une période donnée et l’énergie théorique maximale. Ainsi, sur une année, une éolienne de 1 MW pourrait produire 8.760 MWh car il y a 8.760 heures dans une année. Mais il y a les jours avec des vents faibles, nuls ou trop forts, sans oublier les pannes et les arrêts pour maintenance. Si elle n’en produit que 2.000, son facteur de charge est de 23 % (2.000/8.760). Les 11 TWh installés correspondent en effet, au maximum, à 96 TWh par an. En comparaison, les éoliennes françaises ont un facteur de charge d’environ 23 % (source : RTE, 2013).

Taille éoliennes offshore

D’année en année, les éoliennes offshore se font de plus en plus grandes (Source : France Énergies Marines).

En France, aucun parc n’existe actuellement alors que le potentiel estimé est de 80.000 MW. Mais les projets se précisent enfin, avec quatre prévus en Manche et sur la façade atlantique. Trois sur quatre ont été attribué en 2011 à EMF (Éolien Maritime France), filiale de EDF Énergies nouvelles. Cette semaine, l’entreprise vient d’annoncer un partenariat à parts égales avec le Canadien Enbridge. « Le démarrage progressif de leur construction est prévu à partir de 2017 » promet le communiqué de presse de EDF. Les trois sites vont donc sortir de terre, ou plutôt de mer :

  • Éoliennes offshore des Hautes Falaises, 498 MW, au large de Fécamp, dans la Manche ;
  • Parc du Banc de Guérande, 480 MW, au large de Saint-Nazaire, océan Atlantique ;
  • Éoliennes offshore du Calvados, 450 MW, au large de Courseulles-sur-Mer, dans la Manche.

D’autres sites viendront s’y ajouter, à commencer par le projet de la baie de Saint-Brieuc (496 MW), par l’entreprise Ailes Marines SAS. D’après Antoine Cahuzac, directeur exécutif d’EDF chargé des énergies renouvelables et directeur général d’EDF EN, interrogé par Le Monde, l’investissement pour les trois parcs à venir est de six milliards d’euros. À l’avenir, les parcs éoliens pourraient s’éloigner des côtes, quand sera bien maîtrisée la technique des éoliennes flottantes. Les marins devront s’habituer….

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Développement durable/Energie.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s