L’incroyable secret de la grotte de Movile restée isolée durant des millions d’années

La Grotte de Movile située en Roumaine ne ressemble à aucune autre. Isolée durant plus de cinq millions d’années, elle abrite une faune unique au monde dont la survie se base sur l’équilibre d’un incroyable écosystème.

Il existe sur Terre des lieux insoupçonnés, coupés du reste du monde depuis des milliers d’années. Autant dire que ces écosystèmes sont extrêmement fascinants et d’un grand intérêt scientifique. Parmi eux, figure la Grotte de Movile, située en Roumanie à quelques kilomètres à l’ouest de la mer Noire.

Cette cavité géologique n’a été découverte qu’en 1986. Son intérêt réside dans sa longue période d’isolement, estimée à environ cinq millions et demi d’années. De ce fait, l’environnement semblable à une poche argileuse abrite une faune très spécifique et spécialisée.

Ces animaux invertébrés sont en effet uniques au monde. Ils se sont, au fil des millénaires, adaptés aux conditions hostiles de la grotte où l’air, dépourvu d’une grande partie de l’oxygène, est toxique et extrêmement humide.

Grotte de Movile

La grotte de Movile en Roumanie.

Le système quasi-clos évolue indépendamment de l’énergie solaire, car les rayons de l’astre n’arrivent pas jusque là. Une situation très rare qui n’a jusqu’à présent été observée que dans les profondeurs océaniques ou dans certains lacs subglaciaires.

Pour préserver cet ensemble singulier, l’accès à la grotte est très contrôlé par le gouvernement roumain. A ce jour, moins de cent chercheurs ont eu le privilège de se rendre dans ces lieux, selon BBC Earth. Leurs travaux ont permis d’identifier jusqu’ici pas moins de 48 espèces dont 33 semblent être endémiques seulement de cette grotte.

Parmi les créatures documentées, la plupart sont rattachées au groupe des arachnides, des nèpes (ou scorpions d’eau), des pseudoscorpions, des scolopendres, des sangsues et des isopodes. La plupart n’ont aucun organe visuel et ne présente aucune pigmentation.

Les spécimens possèdent en revanche un système d’antennes extrêmement développées qui leur permet de se déplacer dans l’obscurité.

Leur survie dépend d’un phénomène de synthèse chimique très particulier. Faute de lumière, les plantes ne peuvent en effet pas pratiquer la photosynthèse. Aussi, toute la chaine alimentaire repose sur des bactéries capables de produire de l’énergie en oxydant le sulfure d’hydrogène présent dans l’atmosphère et dans l’eau de la grotte.

Ces bactéries nourrissent d’autres bactéries qui sont à leur tour mangées par des petits invertébrés eux-même dévorés par des invertébrés carnivores. Cette chaine alimentaire est en parfait équilibre à en croire la densité d’organismes vivant dans ce milieu. Quant à la provenance de ces animaux, la question reste encore en suspend.

« Il est très probable que les bactéries se trouvaient déjà là bien avant cinq millions d’années, mais que les invertébrés se sont en revanche retrouvés coincés à cette époque » explique à BBC Earth J. Colin Murrell, un des spécialistes de la grotte.

Trente ans après sa découverte, la cavité recèle encore de mystères et il reste bien des spécimens à découvrir. Cette faune merveilleuse est une façon pour les chercheurs de mieux comprendre les mécanismes de l’évolution et plus largement de l’apparition de la vie sur Terre.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Milieu marin/Biodiversité.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s