L’oursin et son étonnant pouvoir de régénération

Les oursins possèdent toute leur vie des capacités de régénération importantes, comme si le temps n’avait pas d’effet sur eux ! Certains peuvent vivre jusqu’à 100 ans… L’étude de ces animaux intéresse la recherche sur le vieillissement, en quête de nouveaux remèdes anti-âge.

Au cours du vieillissement, les animaux perdent des fonctions et voient généralement leurs capacités à régénérer des tissus s’affaiblir. L’équilibre entre la division et la mort cellulaire joue un rôle essentiel dans le vieillissement. Or les oursins sont des animaux marins particulièrement intéressants pour la recherche sur le vieillissement : ces échinodermes sont capables de régénérer des appendices (pieds et épines), ils ne cessent de grandir et peuvent se reproduire tout au long de leur vie. Certaines espèces d’oursins vivent jusqu’à 100 ans.

Dans un article paru dans Aging Cell, des chercheurs du Bermuda Institute of Ocean Sciences (Bermudes) et du MDI Biological Laboratory (Salisbury Cove aux États-Unis) se sont donc intéressés à la régénération des tissus chez ces animaux. Leurs résultats suggèrent que le vieillissement n’est pas forcément un processus inéluctable…

Oursin

L’oursin est le nouvel animal star de la médecine régénérative.

Dans cette étude, les chercheurs ont comparé trois espèces d’oursins, qui avaient des espérances de vie très différentes : l’oursin rouge géant Mesocentrotus franciscanus (pouvant vivre plus de 100 ans), l’oursin pourpre Strongylocentrotus purpuratus (vivant environ 50 ans) et l’oursin variable Lytechinus variegatus (qui vit au maximum quatre ans). Ce dernier vit dans l’océan Atlantique, contrairement aux deux autres originaires de l’océan Pacifique. Ces différentes espèces d’oursins présentent des modes de vie comparables : herbivores, ils vivent tous près des côtes.

Les chercheurs ont observé que, chez les trois espèces, la capacité de régénération n’était pas affectée au cours de l’existence, que leur espérance de vie soit courte ou longue.

Les chercheurs se sont également penchés sur l’expression de gènes impliqués dans la prolifération cellulaire (pcna), dans le maintien des télomères (tert) et la multipotence (seawi et vasa). TERT est un composant de la télomérase, l’enzyme qui maintient les télomères et l’intégrité du génome. De nombreux animaux qui expriment Piwi (Seawi est l’homologue de Piwi chez les oursins) ou Vasa dans leurs cellules multipotentes possèdent une haute capacité de régénération dans leurs tissus. Les cellules multipotentes sont des cellules capables de se diviser et de se différencier en plusieurs types cellulaires différents.

Oursins

Les oursins vivent près des côtes.

Il apparaît que l’expression de ces gènes se maintenait au cours du temps dans les tissus. La protéine Vasa a été localisée dans différents tissus, grâce à des techniques immunologiques. La présence de ces protéines suggère donc l’existence de cellules multipotentes dans les tissus adultes, ce qui expliquerait les capacités de régénération exceptionnelles des oursins.

Cette recherche montre qu’un organisme peut conserver ses capacités de régénération de tissus toute sa vie, comme s’il ne vieillissait pas ! Les chercheurs espèrent mieux comprendre les mécanismes cellulaires expliquant cette capacité de régénération. Les applications seraient nombreuses : pour lutter contre le vieillissement chez l’Homme ou pour régénérer des tissus.

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Milieu marin/Biodiversité.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s