La sonde Juno entre dans l’influence gravitationnelle de Jupiter

La sonde se rapproche de la géante gazeuse qu’elle atteindra au mois de juillet. La planète géante influence maintenant directement sa trajectoire.

Le 4 juillet 2016, la sonde Juno de la NASA s’insérera en orbite autour de Jupiter, destination finale de l’engin lancé le 5 août 2011. La sonde a d’abord effectué plusieurs fois le tour de la Terre afin de bénéficier de son accélération gravitationnelle et n’a finalement quitté le voisinage de notre planète qu’en octobre 2013.

Depuis sa trajectoire était principalement influencée par la gravité solaire. Enfin c’était le cas jusqu’au 28 mai : « maintenant et pour le reste de la mission, nous projetons que la gravité de Jupiter va dominer les effets de trajectoire et les perturbations provoquées par les autres corps célestes sont devenues insignifiantes » explique Rick Nybakken, chef du projet Juno au Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

Dans quelques semaines, le moteur de la sonde sera rallumé pendant 35 minutes pour l’insertion en orbite. Juno effectuera 37 révolutions autour de Jupiter, pendant une vingtaine de mois, avant d’être précipitée vers la planète où elle se désintègrera.

Sonde Juno

Illustration de Juno en orbite autour de Jupiter (Source : NASA)

Juno usera de ses huit instruments durant ses 37 orbites pour en apprendre davantage sur la formation de Jupiter, sa structure, son atmosphère et sa magnétosphère. Et elle tentera également de résoudre une question qui hante les astronomes : au cœur de cette géante gazeuse se niche-t-il un noyau planétaire solide ?

La sonde, d’une masse de 3 625 kg, sera principalement alimentée par des panneaux solaires, contrairement aux autres engins à destination des planètes externes qui sont équipés de générateurs thermiques à radio-isotopes (RTG). Pour répondre aux besoins générés par les instruments scientifiques, les télécommunications et le maintien en fonctionnement de la sonde dans l’environnement froid de Jupiter, Juno dispose de 45 m2 de cellules solaires. Celles-ci sont réparties sur 3 ailes de 8,86 mètres de long formées chacune d’un petit panneau et de 3 panneaux plus importants articulés entre eux.

Pourquoi tant d’intérêt pour Jupiter ? Parce que c’est « la pierre de Rosette de notre système solaire » expliquait Scott Bolton, astronome en charge de Juno, lors de son lancement. « Elle est de loin la plus ancienne planète, contient plus de matière que toutes les autres planètes, les astéroïdes et les comètes réunis, et porte au fond d’elle l’histoire non seulement du système solaire, mais aussi la nôtre ».

Avec quatre grandes lunes et de nombreux autres petits satellites, Jupiter forme son propre système solaire en miniature. Sa composition ressemble à celle d’une étoile, et si elle avait été environ 80 fois plus massive, la planète aurait pu enclencher les processus de fusion atomique qui permettent aux étoiles de briller.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Question d’espace« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s