Un poussin peut-il grandir hors d’un oeuf ? Des étudiants japonais dévoilent une étonnante expérience

Des étudiants japonais ont mené une recherche scientifique insolite. Objectif ? Faire naitre des poussins en dehors d’œufs. En utilisant un film plastique étirable, ils ont réussi à recréer artificiellement l’environnement d’une coquille.

Un poussin peut-il naitre en dehors d’un œuf ? C’est la question insolite à laquelle de jeunes japonais ont tenté de répondre à la télévision. Avec l’un de leur professeur de lycée, ils ont ainsi réalisé une expérience pour le moins étonnante.

L’objectif était simple : faire naître un poussin dans un récipient fermé par un film plastique. Un milieu qui recréerait les conditions retrouvées à l’intérieur d’un œuf. Cette technique, de culture d’embryons dans un environnement artificiel, a été décrite en 2014 par des chercheurs japonais dans la revue The Journal of Poultry Science, explique le Huffington post.

Les étudiants japonais ont ainsi reproduit la technique utilisée par Yutaka Tahara et Katsuya Obara. Elle consiste à placer le contenu d’un œuf dans un milieu de culture stérile fermé par un film plastique. L’œuf est alors artificiellement fertilisé et placé dans un incubateur. Après quelques jours, on peut apercevoir la formation des premiers sanguins.

Développement oeuf au poussin

Puis, le poussin commence à se former dans sa coquille artificielle : les organes font leur apparition, les membres démarrent leur développement dans ce milieu dépourvu d’oxygène et de bactérie. Une fois le développement terminé, le poussin peut éclore comme s’il avait réellement été dans un œuf.

Les images dévoilées dans la vidéo sont remarquables. La séquence ayant été diffusée à la télévision, difficile d’être sûr que le poussin visible à la fin est vraiment celui issu de l’expérience. Néanmoins, la technique fonctionne bel et bien. Au départ, ce type de méthode montrait un pourcentage de réussite supérieure à 50% mais les chercheurs ont réussi à faire mieux.

Pour cela, ils ont testé différents paramètres comme la durée de préincubation, la dose de lactate de calcium, un sel qui sert beaucoup dans la cuisine moléculaire, de l’eau distillée et de l’oxygène pur. En adaptant ces paramètres, ils ont atteint une éclosabilité de 80 à 100%.

Décrite ainsi, l’expérience peut paraitre étrange mais elle a bien plus d’intérêt qu’on ne pense. L’étude japonaise de base avait pour but d’obtenir une méthode de culture pour les oiseaux présentant une meilleure éclosabilité (l’aptitude à l’éclosion). Une technique qui permet d’en apprendre plus sur le développement des poussins mais pas seulement.

Selon les spécialistes, cela pourrait également permettre d’aider des espèces menacées de disparition en sauvant les œufs abîmés voire en ouvrant la voie vers des fécondations in vitro. Cette méthode pourrait aussi favoriser l’étude de nouvelles techniques de médecine régénérative.

Source : Maxisciences

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s