Cet aquarium américain veut libérer tous ses dauphins dans un sanctuaire marin

Mardi, le National Aquarium de Baltimore aux États-Unis a annoncé son intention de libérer tous ses dauphins et de les transférer dans un sanctuaire marin qu’il prévoit de construire au large de la Floride ou des Caraïbes d’ici 2020.

Alors que la captivité des mammifères marins suscite un débat grandissant, c’est une décision exemplaire qu’un aquarium américain vient d’annoncer. Mardi, le National Aquarium de Baltimore dans le Maryland a décidé de rendre sa liberté aux huit dauphins évoluant actuellement dans ses bassins.

« Suite à des retours minutieusement collectés pendant 10 ans, nous avons appris que le public américain est de plus en plus dérangé par la notion de garder des dauphins et des baleines en captivité », explique John Racanelli, directeur de l’aquarium dans un article publié par The Baltimore Sun. « Ces convictions nous importent ».

Selon l’expert, des études ont démontré que les mammifères prospèrent bien mieux dans des environnements plus proches de leur milieu naturel que dans le cadre d’expositions ou de spectacles dans les zoos ou aquariums. Depuis cinq ans, les responsables de l’aquarium ont ainsi envisagé différentes options pour assurer le bien-être de leurs pensionnaires.

Dauphin aquarium Baltimore

Dauphin au National Aquarium de Baltimore.

Reconstruire les bassins de façon plus naturelle, déplacer les dauphins dans des structures plus grandes,… La plupart étant nés en captivité, impossible de réellement libérer les spécimens dans leur milieu naturel. Finalement, c’est la solution la plus ambitieuse et probablement la moins simple qui a été envisagée : les transférer dans un sanctuaire marin.

« Nous en savons plus maintenant au sujet des dauphins et de leurs soins, et nous pensons que le National Aquarium possède une position unique pour utiliser cette connaissance afin de mettre en œuvre un changement positif », relève John Racanelli. « C’est le bon moment pour avancer avec le sanctuaire de dauphins ».

Désormais, les équipes du National Aquarium se sont donc lancées dans un projet de taille : construire le fameux sanctuaire. Et elles comptent bien tout faire pour qu’il soit le plus adapté possible et aboutisse à une réussite. « Nos recherches ont déjà permis d’identifier plusieurs critères spécifiques pour que le sanctuaire fonctionne », détaille le directeur.

Ce sanctuaire devra être une zone océanique extérieure dans un climat continuellement tropical et « idéalement localisée là où des dauphins sauvages évoluent déjà ». Par exemple au large de la Floride ou dans les Caraïbes. Le site sera dynamique et significativement plus grand que l’habitat actuel des dauphins, avec des stimuli naturels tels que des poissons et des plantes marines.

« Des humains prendront soin des dauphins et interagiront avec eux durant toute leur vie », ajoute Racanelli. Pour que les mammifères se sentent bien dans leur nouvel environnement, les équipes prévoient également de les aider à retrouver une partie de leur comportement naturel, comme chasser des poissons par exemple.

La tâche s’annonce complexe et son coût n’a pas encore été estimé. Mais l’aquarium est optimiste et a décidé d’impliquer le public dans ce projet totalement inédit. Il pense ainsi pouvoir transférer d’ici 2020 ses huit dauphins, six femelles et deux mâles, âgés de 7 à 41 ans. Il s’est même dit prêt à accueillir des dauphins provenant d’autres établissements.

« Avec cette annonce, nous franchissons une nouvelle étape et je suis à la fois honoré et empli d’humilité que notre aquarium ouvre la marche », écrit le directeur. « Bien que cette décision soit au sujet d’un groupe de dauphins, elle concerne tout autant l’humanité, la façon dont une société traite les animaux avec qui elle partage cette planète en dit long sur nous », ajoute-t-il.

Cette décision marque en effet non seulement une révolution pour ses dauphins mais aussi dans l’histoire des cétacés captifs. Elle a également de quoi raviver les critiques envers d’autres structures notamment les parcs SeaWorld qui ont multiplié les arguments ces dernières années pour répondre aux attaques dont ils font l’objet.

Bien que SeaWorld ait annoncé la fin de la reproduction de ses orques, la société a refusé de les transférer dans un milieu naturel, prétextant que cela n’avait jamais été fait avant et que cela pourrait être dangereux pour les cétacés. Pourtant, cela n’a pas empêché des scientifiques de lancer un vaste projet visant à créer un sanctuaire pour les orques captifs.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s