Le trou noir au coeur de la Voie lactée observé avec une précision inégalée

Une équipe européenne d’astronomes a observé le centre de notre galaxie en combinant les faisceaux lumineux issus des quatre tours du Very Large Telescope. Les résultats augurent de formidables progrès scientifiques à venir.

Traquer l’origine de l’Univers, mieux comprendre notre galaxie, le trou noir et son champ gravitationnel qu’elle recèle en son centre, sans oublier de tester la validité de la théorie de la relativité générale d’Einstein. Voici quelques unes des missions passionnantes que doit notamment remplir le Very Large Telescope (VLT), de l’Observatoire européen, qui se trouve en plein désert d’Atacama, au Chili.

Et bonne nouvelle, les derniers résultats augures de formidables découvertes scientifiques à venir. Car en combinant les faisceaux lumineux des quatre télescopes de 8 mètres du VLT grâce à l’instrument Gravity -récemment installé-, une équipe européenne d’astronomes a pu atteindre une résolution et une précision comparables à celles d’un télescope de 130 mètres de diamètre.

Résultat ? En pointant les télescopes sur le cœur de notre galaxie, les scientifiques ont détecté en quelques minutes à peine une étoile, baptisée S2, qui opère sa révolution autour de Sagittarius A, le trou noir central de la Voie Lactée, en 16 ans seulement.

Trou noir Voie Lactée

Image du centre de notre galaxie montrant les observations des faisceaux lumineux issus des quatre télescopes de 8 mètres du « Very Large Telescope » (Source : ESO/MPE).

« Lorsque la lumière en provenance de l’étoile a pour la première fois interféré, l’équipe a vécu un moment fantastique, venant couronner huit années de dur labeur » précise Franck Eisenhauer, responsable scientifique de l’Institut Max Planck dédié à la Physique Extraterrestre, à Garching, en Allemagne. « Dans un premier temps, nous avons stabilisé l’interférence sur une étoile proche et brillante. Quelques minutes plus tard seulement, nous étions en mesure d’observer l’interférence générée par l’étoile de faible luminosité », ajoute-t-il.

Mais le meilleur reste encore à venir. Car l’équipe sera bientôt capable, après quelques ajustements, d’obtenir des mesures de position ultra-précises de l’étoile en question. Des mesures comparables à celles que l’ont peut faire, au centimètre près, d’un objet sur la Lune. Ce qui permettra notamment aux chercheurs de vérifier les prédictions de la théorie de la relativité générale d’Einstein.

Si tout se passe bien, les scientifiques seront prêt pour 2018, année à laquelle l’étoile S2 sera à son point le plus proche du trou noir, à 17 heures lumière seulement. A ce moment, elle se déplacera à environ 30 millions de kilomètres par heure, soit 2,5% de la vitesse de la lumière. Les effets de la relativité générale seront alors beaucoup plus prononcés et les observations de Gravity se révéleront cruciales. L’opportunité ne se représentera qu’en 2034.

D’éventuels succès à venir dont la France pourra se vanter. Car les chercheurs du Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique et de l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble ont non seulement contribué à la conception de Gravity, mais aussi à ce premier résultat.

Source : L’Express

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Question d’espace« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s