Un étrange son enregistré dans les profondeurs de la mer des Caraïbes

En étudiant les courants de la mer des Caraïbes, une équipe de l’Université de Liverpool est parvenue à mettre en évidence des oscillations correspondant à un étrange son.

L’océan est par définition un endroit bruyant. Au brouhaha de la vie sous-marine se mêle bien souvent celui des bateaux créant sous les eaux une véritable cacophonie. C’est au milieu de tout ce vacarme, qu’une équipe de scientifiques de l’Université de Liverpool a découvert en mer des Caraïbes, un son étrange.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre ce son ne ressemble à rien de ce que nous connaissons. Il s’agit d’une sorte de sifflement, totalement inaudible pour l’oreille humaine mais toutefois bien puissant. A tel point que les chercheurs sont parvenus à mettre en évidence sa signature caractéristique.

Le son a été détectée alors que les chercheurs analysaient les données récoltées dans les océans au cours des soixante dernières années pour étudier la relation entre le niveau des eaux et la pression des fonds marins.

Son étrange Mer des Caraïbes

C’est en cherchant cette corrélation pour des prédictions futures que l’équipe a observé un phénomène anormal au niveau du bassin des Caraïbes. Leurs modèles présentaient en effet des oscillations de pression inexplicables. Ils ont alors cherché à savoir si le phénomène pouvait être observé directement dans l’océan.

En poussant plus loin leur étude, ils ont ainsi découvert que ces oscillations se manifestaient bel et bien sous l’océan, et sous la forme d’un faible bruit semblable à un sifflement. Leurs résultats ont fait l’objet d’une publication parue dans la revue Geophysical Research Letters.

Selon les chercheurs, ces ondes sonores seraient provoquées par un courant traversant la mer d’est en ouest. « C’est un courant très étroit et très fort. Il devient parfois instable et crée des tourbillons », a ainsi expliqué dans un communiqué Chris Hughes, auteur principal. Selon lui, le mouvement d’eau arriverait à l’extrémité ouest du bassin puis disparaitrait.

Il réapparaîtrait ensuite 120 jours plus tard, à l’extrémité est. Ce phénomène est d’ailleurs connu depuis quelques années sous le nom d’onde de Rossy. Parce que le bassin de la mer des Caraïbes est particulièrement vaste, la fréquence de résonance est extrêmement basse, aboutissant à un La majeur, 30 octaves plus bas que celui d’un piano.

L’intérêt de la récente découverte réalisée par les scientifiques britanniques est qu’elle permet de révéler l’interaction active entre ce fameux courant marin et le fond du bassin. Une interaction manifestée sous la forme de cet étrange son semblable selon Chris Hughes à un « coup de sifflet ».

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s