Quand du fumier recyclé devient une matière première plus intéressante que le pétrole

Le fumier des cochons ne fait pas que polluer nos nappes phréatiques. Selon Ellie Fini, une ingénieur américaine, il peut servir à créer des routes en remplaçant les produits pétroliers utilisés massivement aujourd’hui.

Des ingénieurs proposent de recycler les 160 milliards de litres de fumier de cochon en revêtement pour les routes. Un défi lancé par Ellie Fini, ingénieur américaine, qui a découvert les propriétés étonnantes contenues dans le fumier tout en proposant une solution écologique.

Les scientifiques ont en effet analysé du fumier produit par des cochons et ont été étonnés de constater qu’il contenait de l’huile proche, en composition, du pétrole. Même si la quantité contenue est trop faible pour en créer un biocarburant, le fumier peut être transformé en asphalte avec peu d’étapes. Tout d’abords, un pressoir rend le fumier liquide puis une filtration est effectuée avant de passer en post-production.

En effet, l’asphalte est un dérivé du pétrole qui est composé de mélanges d’hydrocarbures. Donc son utilisation dans les routes pose quelques problèmes pour le futur et pour l’écologie car il est réputé fort producteur de CO2. L’équipe a donc testé son nouveau matériau afin de valider sa capacité à produire un revêtement pour les routes plus propre et moins cher.

Asphalte fumier cochon

De l’asphalte à base de fumier de cochon comme solution écologique.

Selon les membres de l’équipe d’Ellie Fini, de l’université de Caroline du Nord, raffiner du fumier revient à 15 centimes les 4 litres. Un processus simple qui ne coûte presque rien. De même, pour faire de l’asphalte, la technique est basique. Il faut mélanger le matériau gluant obtenu à partir du fumier avec des cailloux obtenant ainsi un matériau solide et inodore.

Encouragé par cette découverte, des tests ont été réalisés afin de vérifier la solidité de l’asphalte obtenu. Après plus de 20 000 passages d’un poids similaire à un camion ainsi qu’un test de température, les ingénieurs confirment qu’il est aussi solide que celui utilisé aujourd’hui à base de pétrole.

Les scientifiques l’affirment, cette technique permettrait une meilleure rentabilité du fumier. En effet, produit en très grande quantité dans de nombreux pays, il est pour le moment un déchet non valorisé qui provoque même des maladies dans certains états où il se mélange avec l’eau. Or, en utilisant ce fumier, cette pollution ainsi que d’autres seraient atténuées et cela pour un usage utile dans notre société.

Ellie Fini croit en sa découverte et a donc lancé une start-up nommée Bioadhesive Alliance qui commercialise son liant gluant sous le nom de PiGrid. Il pourrait remplacer presque 42% de l’asphalte à base de pétrole aux Etats-Unis et petit plus, les restes de la transformation peuvent servir d’engrais biologique pour les agriculteurs.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Développement durable/Energie.

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Quand du fumier recyclé devient une matière première plus intéressante que le pétrole »

  1. Ping : Quand du fumier recyclé devient une matière première plus intéressante que le pétrole — Blog Archipel des Sciences – blograinbowdreamer par Marie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s