L’hélium, un gaz crucial pour le médical et l’électronique

La Tanzanie pourrait devenir un nouvel acteur du marché de l’hélium, après la découverte d’un énorme gisement naturel de ce gaz noble qui ne sert pas qu’à gonfler des ballons et des bouteilles de plongée.

Gaz plus léger que l’air, incolore, inodore, l’hélium est aussi, à l’état liquide, le gaz le plus froid de la terre (-269°C), pratiquement au niveau du zéro absolu. « L’hélium est principalement utilisé dans l’industrie pour ses capacités de refroidissement », explique à l’AFP Eric Prades, directeur monde de l’activité hélium et gaz rares du groupe français Air Liquide. C’est un élément essentiel des scanners médicaux (imagerie à résonance magnétique, IRM), dont il sert à refroidir les puissants aimants.

En 2015, environ 57 millions de mètres cubes d’hélium étaient utilisés dans le domaine médical, une demande qui devrait connaître un taux de croissance annuel moyen de 7% d’ici 2020, selon un rapport du cabinet d’études Technavio publié en début d’année. Toutefois, si d’un côté « les hôpitaux du monde entier, notamment des pays émergents, s’équipent de plus en plus d’unités IRM, cet effet est neutralisé par l’arrivée de nouveaux scanners de plus en plus efficaces, où l’hélium est bien conservé », selon M. Prades.

L’autre grand marché de l’hélium est l’électronique, où il est utilisé pour créer des atmosphères propres dans le processus de fabrication, ainsi que pour le refroidissement dans la production de fibre optique. Il sert par ailleurs dans le domaine spatial, pour refroidir les lanceurs de satellites, et dans l’automobile pour la production d’airbags. Les ventes mondiales d’hélium en 2015 étaient évaluées à un milliard de dollars, et pourraient atteindre 1,5 milliard en 2020, prédit Technavio.

Soleil

Le Soleil est la principale usine de fabrication de l’Hélium mais il est inaccessible (Source : NASA).

La principale usine d’hélium est… le Soleil, d’où il tire son nom, du dieu grec Hélios. « Mais c’est un peu loin pour l’exploiter », plaisante M. Prades. L’hélium ne peut pas être produit artificiellement à l’heure actuelle. Cependant il est contenu dans les gisements de gaz naturel, d’où il est extrait par processus cryogénique. Aujourd’hui 80 à 90% de la production mondiale d’hélium provient de cette technique, selon M. Prades.

Les Etats-Unis produisent aujourd’hui environ 60% de l’hélium mondial. Ayant saisi très tôt le haut intérêt stratégique de ce gaz, le pays possède une immense réserve fédérale d’hélium près d’Amarillo (Texas), correspondant actuellement à 25-30% de la demande mondiale, selon Technavio. Le Qatar est le deuxième plus grand producteur d’hélium, assurant environ un quart de la production mondiale, tandis que l’Algérie, la Russie et l’Australie se partagent environ 10% du marché. Quant aux fournisseurs mondiaux d’hélium, le trio de tête est constitué par l’Allemand Linde, le Français Air Liquide et l’Américain Praxair.

L’entreprise minière norvégienne Helium One a annoncé mardi 28 juin 2016 avoir découvert en Tanzanie un gisement naturel d’hélium estimé à 1,5 milliard de mètres cubes, soit l’équivalent de la demande mondiale pendant sept ans. Ce gisement naturel « a un potentiel intéressant » car il a l’avantage d’éviter des coûts d’extraction du gaz naturel, estime M. Prades.

Vallée du Rift Tanzanie

Tanzanie : une compagnie norvégienne découvre un vaste gisement d’hélium dans la vallée du Rift

« Mais cette source va s’inscrire dans un paysage compétitif », précise-t-il. Car le russe Gazprom pourrait représenter 40% du marché mondial dans les années 2020, grâce à un méga-projet d’extraction à partir de gaz naturel en Sibérie orientale. En outre, l’Iran, « qui a accès à la même couche de gaz naturel que le Qatar », pourrait lui aussi se mettre à fabriquer de l’hélium, glisse l’expert d’Air Liquide.

En 2012-2013 les prix avaient flambé, en raison de difficultés de la réserve fédérale d’hélium américaine, dont l’avenir était compromis. A l’époque, la crainte d’une pénurie était telle que le parc Disneyland de Tokyo avait banni les ballons gonflables. Cependant, aujourd’hui, « il n’y a plus de problèmes d’approvisionnement » et « on est actuellement dans une tendance plate des prix, voire décroissante », estime M. Prades. Le prix de l’hélium tourne actuellement autour de 3,8 dollars le mètre cube, selon un indice américain de référence. La demande mondiale devrait quant à elle croître modérément, de 2 à 3% par an dans les cinq prochaines années, selon M. Prades.

Source : Sciences & Avenir/AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s