La mission spatiale SWOT étudiera les océans et les lacs en 2021

Le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) a confirmé le feu vert de cette mission vendredi 8 juillet 2016.

« Feu vert pour SWOT ! Océans, rivières, ce satellite scrutera les eaux de notre planète » s’enthousiasmait le CNES, vendredi 8 juillet 2016, dans un message posté sur son compte twitter. Le décollage de la mission est en effet officiellement programmé pour 2021.

Le satellite SWOT dont l’acronyme signifie « Surface Water Ocean Topography Mission » embarque un radar interféromètre baptisé KaRIn. Sa mission sera de réaliser des mesures très précises sur les eaux des océans et des lacs. Certes, il existe déjà des satellites d’altimétrie spatiale tels que Jason 3, lancé en janvier 2016, qui ont pour mission de mesurer l’élévation des océans avec une précision inférieure à quatre centimètres.

Satellite SWOT

Représentation numérique du satellite SWOT dont la mission a été validée pour 2021 (Source : NASA/ESA).

Mais l’instrument KaRIn fonctionne de manière différente. Il embarque en effet deux antennes éloignées l’une de l’autre, et fixées chacune au bout d’une perche. Ces dernières permettent de scruter le terrain sous deux angles différents et d’en avoir ainsi une vue en relief du terrain en dessous.

« SWOT fournit des données altimétriques sur une fauchée de 2 x 50 km avec une résolution spatiale d’observation de 15 km, considérablement améliorée par rapport à celle des altimètres précédents, limitée par la mesure sous la trace » chiffre le CNES sur son site. Du fait de cette vision plus large, la mission SWOT pourra renseigner plus efficacement sur des mécanismes hydrologiques qui se produisent à grande échelle : variation de débit des cours d’eau, ainsi que du volume des zones de rétention (lacs, barrages, réservoirs…)

« Les mesures in-situ (limnigraphes) ou à partir d’avion ne délivrent que des données parcellaires et aucun autre instrument embarqué à bord d’un satellite n’est capable aujourd’hui de mesurer régulièrement et globalement les plans d’eau sur toute la surface de la planète » commente le CNES. SWOT fournira donc des données clés pour comprendre, suivre, et mesurer les mouvements de l’eau à l’échelle de la planète.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Question d’espace« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s