Une nouvelle planète naine au-delà de Neptune

Le système solaire vient de s’enrichir d’un nouvel objet, découvert par une équipe franco-canadienne : RR245 est une planète naine d’un diamètre de 700 km, qui navigue dans une région où abondent de petits fragments de glace.

RR245 est la dernière découverte concernant notre système planétaire, dont on croyait qu’il avait déjà été observé sous toutes les coutures. RR245 provient en effet d’un coin du système solaire qui ne ressemble en rien à ce que nous connaissons : au-delà de l’orbite de Neptune — c’est-à-dire 30 fois la distance Terre Soleil — s’étend une région peuplée de petits corps de glace d’eau, de méthane et d’ammoniac, baptisés “objets transneptuniens”.

Dans cet univers glacé, quelques gros objets font exception, qui ont été hissés au rang de “planètes naines”. RR245 est l’un de ceux-là, aux côtés de Pluton — que les astronomes ont longtemps considéré comme une planète ordinaire —, Eris, dont la taille atteint presque celle de Pluton, Haumea et Makémaké, deux corps dont le diamètre est deux tiers environ de celui de Pluton et, enfin, RR245, qui attend d’être nommé par l’Union astronomique internationale.

RR245

Au delà de l’orbite de Neptune s’étend une région peuplée de petits corps glacés. Parmi eux des objets plus gros, dont RR245. (Source : OSSOS)

C’est au cours du grand relevé Origine du système solaire externe (OSSOS, pour Outer Solar System Origin Survey) mené depuis le télescope Canada-France-Hawaï , situé au sommet de Mauna Kea, volcan éteint de l’archipel d’Hawaï, que cette découverte a été effectuée. La caméra MegaCam qui équipe le télescope, conçue et réalisée au CEA, à Saclay (Essonne), a capté un point brillant dont l’orbite très excentrée atteint jusqu’à 120 fois la distance Terre-Soleil.

Ses caractéristiques indiquent que cet objet de 700 km de diamètre est sur une orbite stable depuis au moins les 100 derniers millions d’années. Aux alentours de 2096, il atteindra le point le plus proche de son orbite à 5 milliards de kilomètres du Soleil. Mais il va falloir encore patienter pour préciser sa trajectoire…

L’étude de ces objets transneptuniens peut apporter beaucoup dans la reconstitution de l’histoire du système solaire. En effet, ils sont considéré comme les débris restants après la formation des planètes. Les géantes comme Jupiter et Saturne se seraient formées plus près du Soleil puis auraient migré dans les régions externes du système solaire. C’est au cours de cette migration qu’ils auraient “balayé” ces petits corps de glace au-delà de l’orbite de Neptune.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Initiation à l’astronomie« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s