Un nouveau et superbe transit de la Lune devant la Terre

Pour la deuxième fois au cours de sa première année d’observation, DSCOVR a été témoin d’un transit de la Lune devant la Terre. Le satellite bénéficie d’un point de vue rare qui nous montre une partie de la danse de ces deux corps inséparables aux caractéristiques différentes.

Voici un an, DSCOVR (Deep Space Climate Observatory), qui venait d’atteindre le premier point de Lagrange (L1), à environ 1,6 million de km, entre la Terre et le Soleil, transmettait ses toutes premières images de notre Planète bleue.

Depuis, il ne la quitte plus des yeux, délivrant en continu une vue globale de sa face éclairée, permettant ainsi aux scientifiques de suivre l’évolution de la biosphère à travers son atmosphère (ozone, aérosols, épaisseur des nuages, etc.) et sa surface (changements de végétation).

Transit Lune DSCOVR

Image extraite de la séquence de quatre heures du transit de la Lune devant la Terre enregistrée avec la caméra Epic du satellite DSCOVR, le 5 juillet 2016. (Source : NASA/NOAA)

Parallèlement, le satellite de la NASA, de la NOAA et de l’U.S. Air Force a pour mission primaire de prévenir des tempêtes solaires qui pourraient frapper la magnétosphère de notre petite « bille bleue » (« Blue marble », ainsi surnommée par les astronautes d’Apollo 17).

Le 5 juillet dernier, de par sa position, DSCOVR a pu de nouveau imager le passage de la Lune devant la Terre. C’était 354 jours après un premier transit observé (le 16 juillet 2015). En réalité, le satellite qui circule sur une orbite complexe, dite de Lissajous, entre 4 et 12° par rapport à la ligne Terre-Soleil, est amené à croiser le plan de l’orbite lunaire (lequel est incliné de 5° relativement à l’écliptique) environ quatre fois par an. Toutefois, comme la Lune n’est pas toujours alignée avec la Terre dans son champ de visée, un transit ne peut être observé qu’une à deux fois par année terrestre.

Dans le cas présent, au cours de cette séquence de quatre heures, nous la voyons passer au-dessus de l’océan Indien. Naturellement, puisque la rotation de notre satellite naturel est synchronisée avec la Terre, on ne distingue ici que sa face cachée, celle qui tourne toujours le dos aux Terriens. Au même moment, sur Terre, personne ne la voyait car c’était quasiment la Nouvelle Lune.

La séquence a été réalisée à partir des images capturées par la caméra EPIC (Earth Polychromatic Imaging Camera) de 4 mégapixels à travers les canaux rouge, vert et bleu à 30 secondes d’intervalle. Retrouvez ici toutes les images recueillies dans plusieurs longueurs d’onde par le satellite jour après jour. La galerie du site de la NASA présente également d’autres moments forts de cette année écoulée, comme l’ombre de la Lune balayant la Terre — éclipse du Soleil du 9 mars —, Jupiter et, bien sûr, les autres transits.

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Question d’espace« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s