Le Groenland fond sous les yeux de CryoSat

Depuis les années 1990, la fonte des glaciers du Groenland a contribué à hauteur d’environ 10 % dans l’élévation global du niveau des mers. Le satellite de l’Esa CryoSat surveille de près depuis 2010 cette fonte qui a dépassé le millier de milliards de tonnes ces dernières années.

Dans les années 1960 sont apparus les premiers satellites permettant des prévisions météorologiques et la surveillance du climat de la Terre. Ils furent l’œuvre de pionniers dont l’un des plus célèbres était Verner E. Suomi. Qu’ils soient sur l’orbite géostationnaire d’Arthur Clarke ou sur des orbites polaires, les satellites sont devenus indispensables pour mieux comprendre notre planète et prévenir les dangers qui la menacent, comme l’a bien montré la découverte du trou de la couche d’ozone.

Bien plus préoccupant aujourd’hui est le réchauffement climatique en cours car il va déstabiliser les populations mondiales et peut-être lancer le village global dans une guerre civile d’une ampleur jamais vue, même lors de la seconde guerre mondiale.

CryoSat

CryoSat, le satellite de l’Esa chargé d’étudier les pôles (Source : ESA).

Les conséquences du réchauffement climatique se voient notamment au niveau de la couverture glaciaire des inlandsis de l’Antarctique mais aussi du Groenland que le satellite de l’ESA CryoSat 2 étudie depuis son lancement en 2010. L’ESA a mis en ligne des vidéos montrant les variations de cette couverture ainsi que celle de la banquise arctique.

Un article a aussi été publié dans Geophysical Research Letters où des données de CryoSat ont été utilisées conjointement avec un modèle climatique local pour évaluer la perte de glace au niveau du Groenland. Résultat : environ mille milliards de tonnes entre 2011 et 2014.

Comme il s’agit d’eau douce venue d’une terre émergée, cette fonte induit une augmentation du niveau de la mer de 0,75 mm chaque année, donc en l’occurrence environ 2,25 mm. Cela peut paraître peu mais cette vitesse est deux fois plus importante que celle estimée au cours des deux décennies précédentes, et le phénomène pourrait encore s’accélérer.

Les données collectées par CryoSat montrent également des variations rapides d’année en année des pertes de glace, ce qui montre à quel point le Groenland répond rapidement à des changements de température. L’observation fait dire à l’un des responsables de la mission, Tommaso Parrinello, que « ces résultats significatifs démontrent clairement la capacité unique de CryoSat d’enregistrer les changements de la cryosphère, et il est essentiel qu’il soit maintenu à l’avenir ».

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s