Le top 10 des découvertes de New Horizons autour de Pluton

Un an après son survol historique de Pluton, le 14 juillet 2015, la sonde New Horizons méritait ce bilan, en forme de tour d’horizon de ses plus belles découvertes. Aujourd’hui, le petit vaisseau poursuit sa route à vive allure en direction d’un autre objet de la ceinture de Kuiper, bien au-delà de Neptune.

Le 14 juillet 2015 restera comme un très grand moment dans l’histoire de l’exploration du Système solaire : pour la première fois, Pluton, considérée jusqu’en 2006 comme la neuvième planète, fut approchée. Grâce à la sonde New Horizons qui effectuait des mesures et photographiait la planète naine et ses satellites « à une vitesse qui permettrait de relier New York à Los Angeles en 4 minutes » (un Français eût pu dire Paris et Saint-Pierre-et-Miquelon), les Terriens découvraient enfin son vrai visage. Et aussi son Cœur (officieusement appelée la région Tombaugh).

« New Horizons n’a pas fait qu’achever l’ère de la première reconnaissance des planètes, a déclaré Jim Green, directeur des sciences planétaires à la NASA, au sujet de ce premier anniversaire de cette visite historique. La mission a aussi intrigué et inspiré. Qui savait que Pluton avait un cœur ? Même aujourd’hui, New Horizons capte notre imagination, ranime notre curiosité, et nous rappelle ce qui est possible. »

Pluton & Charon

Sur cette image composite de New Horizons, on peut apprécier les différentes caractéristiques physiques des deux grands corps de ce système binaire : Pluton (en bas) et Charon (en haut). La planète naine arbore des reliefs — notamment dans ce grand Cœur et ses alentours — témoignant d’une dynamique insoupçonnée jusqu’à la visite de la sonde, le 14 juillet 2015. (Source : NASA/SwRI/JHUAPL)

Un an plus tard, l’émotion est toujours là pour tous ceux qui ont vécu l’aventure de l’intérieur. Ce monde, situé à près de cinq milliards de kilomètres de la Terre, est apparu par petites touches dès les jours précédents. Puis, lorsque parvinrent les premières images en haute résolution, l’émerveillement le disputait à la stupéfaction… Et cela dure encore puisque le transfert au goutte-à-goutte des données collectées ce jour-là devrait prendre fin en octobre (80 % ont déjà été transmises).

À présent, New Horizons vogue, pour ne pas dire fonce, vers un… nouvel horizon : 2014 MU69, un autre objet de Kuiper, qu’il devrait atteindre le 1er janvier 2019. Depuis sa visite à Pluton, la sonde a parcouru près de 300 millions de kilomètres (2,92 unités astronomiques, ou UA, soit 2,92 fois la distance ente la Terre et le Soleil). Elle est actuellement à 35 UA de la Terre.

Pluton

Après le survol de la planète naine, jusqu’à 12.500 km de sa surface, l’instrument Ralph/MVIC (Multispectral Visible Imaging Camera) l’a imagée en contre-jour. Surprise, le ciel est bleu ! On distingue également sur le cliché les reliefs de Pluton et les empilements de couches de brume. (Source : NASA/SwRI/JHUAPL)

« Il ne nous a pas fallu longtemps pour réaliser que Pluton était quelque chose de spécial, ne ressemblant à rien de ce nous ayons pu nous attendre » se souvient Hal Weaver, du JHUAPL. En premier lieu, toute l’équipe fut frappée et « surprise par la beauté et la complexité de Pluton et de ses lunes ». C’est la première caractéristique étonnante qu’a citée le directeur scientifique de la mission, Alan Stern, du SwRI. Voici les neuf autres découvertes les plus marquantes qu’il a listées à l’invitation de la NASA :

  • L’activité à la surface de Pluton et la jeunesse de certains de ses terrains (en témoignent les superbes images de la moitié gauche du Cœur, la plaine baptisée Spoutnik et de ses bords…). « Pluton est simplement incroyable. »
  • Les brumes atmosphériques et aussi la vitesse d’échappement de son atmosphère, plus faible que celle prévue par les modèles.
  • La solidification de l’océan interne de Charon trahie par la trace visible sur équateur ; par ailleurs, Pluton pourrait avoir aussi un océan interne de glace d’eau.
  • La datation des petits satellites corroborant l’hypothèse qu’ils soient tous des débris résiduels d’une collision de Pluton avec un gros objet de la ceinture de Kuiper.
  • Du jamais vu ailleurs, la sombre calotte polaire de Charon, vraisemblablement saupoudrée par des matériaux échappés de Pluton.
  • Le plus grand glacier du Système solaire, la plaine Spoutnik.
  • Des indices d’une pression atmosphérique différente dans le passé, impliquant des écoulements ou des réservoirs statiques de liquides ; un phénomène observé uniquement sur la Terre, Mars et Titan.
  • Inattendue aussi, l’absence d’autres satellites.
  • Et enfin, l’atmosphère de Pluton est bleue.
Pluton composition surface)

Après le survol de la planète naine, jusqu’à 12.500 km de sa surface, l’instrument Ralph/MVIC (Multispectral Visible Imaging Camera) l’a imagée en contre-jour. Surprise, le ciel est bleu ! On distingue également sur le cliché les reliefs de Pluton et les empilements de couches de brume. (Source : NASA/SwRI/JHUAPL)

Bien d’autres surprises attendent encore les chercheurs. En ce qui concerne le système Pluton-Charon et au-delà…

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Promenade spatiale au fil des ondes« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s