Le WWF achète une licence de pêche pour protéger les requins en Australie

La filiale australienne du groupe WWF vient d’acheter une licence de pêche au filet pour 100.000 dollars. Une technique préventive qui permettrait selon l’association de sauver chaque année des milliers de requins, notamment des requins-marteaux.

Le WWF vient d’acheter une licence pour la pêche au filet. L’organisation de défense de l’environnement ne souhaite pas s’initier à ce type de pêche mais plutôt empêcher l’annihilation des requins dans les eaux australiennes et sauver une biodiversité en grand danger. En effet, les filets tuent chaque année des milliers de requins, de tortues, de dugongs et de dauphins au large de l’Australie.

Selon les militants WWF, la décision d’acheter la licence est une initiative prise en réaction face aux chiffres gouvernementaux. Ces derniers prouvent que la pêche de requins a pratiquement doublé entre 2014 et 2015, passant de 222 tonnes à 402 tonnes.

Cela représente environ 100.000 requins par an, alors que les scientifiques s’alarment de la diminution des populations. Selon les estimations, la population de requins-marteaux notamment aurait chuté de pratiquement 80%. En rachetant la licence de pêche pour 100.000 dollars (environ 90.000 euros), le WWF s’assure ainsi qu’aucun filet ne sera installé dans la zone concernée, préservant cet espace des pêcheurs.

Requin marteau

Requin marteau

L’initiative est non négligeable quand on sait que la licence couvre 1,2 kilomètre de long et a permis jusqu’en 2004 de pêcher quelque 10.000 requins chaque année, d’après l’organisation. Ce coup publicitaire comme certains le nomment, a pu être réalisé grâce aux dons qui ont afflué sur le site du WWF qui espère donc avec cet achat sauver des milliers de requins cette année.

Au vu du succès de la campagne de financement, les écologistes pensent même lancer une seconde action. Ils espèrent au final que le gouvernement agira aussi pour sauver ces espèces déjà en grand danger.

Si les conservationnistes tentent autant d’actions c’est pour diverses raisons. D’une part, pour sauver les espèces en danger d’extinction mais aussi affin de préserver un équilibre naturellement présent autour des récifs.

En effet, des études prouvent que la disparition de requins modifie fortement les populations des petits poissons qui sont censés manger les algues tueuses de coraux. La Grande barrière de corail, pourtant si précieuse, est ainsi menacée par l’expansion des algues et la pêche aux requins ne fait que l’aggraver.

Cependant, les pêcheurs arguent de leur côté qu’il leur est interdit de travailler dans les zones protégées de la Grande barrière et donc que l’achat de cette licence n’aura aucun effet. Une affirmation à laquelle les bénévoles ont répondu qu’ils préfèrent prévenir que guérir.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s