Deux lamantins de Singapour partent repeupler leur espèce en Guadeloupe

Deux des quinze lamantins prévus pour repeupler les Caraïbes vont arriver en Guadeloupe.

Opération reconquête. Deux lamantins vont quitter Singapour pour la Guadeloupe dans le cadre du premier programme mondial de repeuplement de cette espèce déclarée éteinte au début du XXe siècle dans le département français d’outre-mer, a annoncé ce lundi un responsable de l’archipel d’Asie du Sud-Est.

Les mâles Kai et Junior, sept et six ans, vont être les premiers des quinze lamantins mâles et femelles du monde à arriver à Grand Cul-de-Sac Marin, une réserve naturelle de 15.000 hectares qui réunit les îles de Basse-Terre et de Grande-Terre.

Lamantin

Le lamantin, un mammifère plus gros que le phoque, au corps en fuseau épais et à nageoire non creusée, figure comme espèce « vulnérable » dans la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

« Nous avons rencontré beaucoup de succès au cours des 20 dernières années dans la reproduction de lamantins dont nous nous occupons », a déclaré Cheng Wen-Haur, directeur-adjoint de la Réserve naturelle de Singapour. « Nous sommes très heureux que ce succès contribue maintenant au repeuplement de la répartition historique de l’espèce dans les Caraïbes, où elle s’est éteinte depuis un siècle », a-t-il ajouté.

Plus de 6.000 lamantins ont été répertoriés en Floride (Sud-Est des États-Unis) début 2015, un nombre record qui tend à démontrer que les efforts pour protéger cette espèce en danger produisent des effets positifs, a rapporté l’Agence locale de protection animale (FWC). Les scientifiques d’une dizaine d’organisations ont décompté en février 2015 au total 6.063 lamantins à la fois sur la côte ouest et sur la côte est de la Floride. Cela signifie qu’il y a environ un millier de mammifères marins de plus que lors du dernier décompte effectué en 2010, qui était déjà un record. D’ailleurs, le lamantin devrait être retiré de la liste des espèces en danger car sa population a, dans l’ensemble, fortement augmentée.

Source : Sciences & Avenir/AFP

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s