Goodbye Philae, le petit robot de la comète Tchouri est mort

Pour préserver l’énergie de la sonde Rosetta, qui s’éloigne de plus en plus du Soleil, l’Agence spatiale européenne a décidé de couper définitivement le contact avec le robot Philae, à la surface de Tchouri.

Il ne subsistait que peu d’espoir de renouer le contact -le dernier remonte au 9 juillet 2015-, il n’en reste désormais plus du tout. Le lien avec le petit robot Philae, envoyé sur la comète Tchouri par l’Agence spatiale européenne (ESA) a été définitivement rompu.

L’ESS, le module servant à la communication entre Philae et la sonde Rosetta en orbite autour de Tchouri, a été désactivé ce mercredi 27 juillet à 11h, a annoncé le CNES, l’agence spatiale française. Les scientifiques ont justifié cette décision par la nécessité de préserver l’énergie de Rosetta, car la sonde se trouve maintenant trop loin, à 520 millions de kilomètres, de sa seule source d’énergie: le Soleil. Et même si ses panneaux solaires sont les plus grands jamais envoyés dans l’espace -35 mètres d’envergure-, ils ne suffisent plus à couvrir tous ses besoins.

Philae comète Tchourioumov-Guérassimenko

Vue d’artiste de Philae sur la surface de la comète (source : ESA/ATG medialab)

Les modules « non-indispensables », dont l’outil de communication avec Philae -qui ne répondait de toute façon plus- ont été coupés. Le peu d’énergie restante sera désormais « réservé au fonctionnement des instruments scientifiques et aux manœuvres orbitales de fin de mission », a encore indiqué le CNES. Reste tout de même une bonne nouvelle: si la sonde Rosetta ne pourra plus communiquer avec son robot, elle pourra peut-être le photographier cet été, annonce l’ESA.

Autre bonne nouvelle: si la mission Rosetta prendra fin le 30 septembre, l’aventure scientifique ne sera pas pour autant terminée. Les données transmises par la sonde depuis août 2014 devront encore être traitées. « Il faudra des années et des années de travail pour analyser tout ce qui a été recueilli par les instruments », explique Philippe Gaudon, ancien chef de projet Rosetta au CNES. On en espère de nombreuses et belles découvertes.

Source : L’Express

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Question d’espace« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s