Le Trou du dragon, le trou bleu le plus profond au monde identifié en Chine

Une récente étude menée par des chercheurs sur un trou bleu des îles Paracels situés en mer de Chine méridionale suggère que ce dernier serait le plus profond au monde.

Un gouffre sous-marin géant vient de livrer ses secrets en mer de Chine méridionale. Selon les experts, il s’agirait, en terme de profondeur, de la plus grande crevasse immergée de ce genre au monde. Leurs conclusions ont été rendues publiques vendredi et relayées par les médias nationaux.

Selon le site Huanqiu, le gouffre se situe dans les eaux des Îles Paracels. Surnommé Longdong ou « Trou du dragon » par les Chinois, il se présente sous la forme d’une immense cavité calcaire de 300,89 mètres de profondeur. Si cette distance ne vous évoque rien, pensez qu’elle équivaut à celle de la Tour Eiffel ou d’un gratte-ciel tel que le Britannique The Shard (anciennement London Bridge Tower) qui aurait été enfoncé sous le niveau des eaux.

La profondeur est d’ailleurs tellement grande, qu’elle représente un véritable record, loin devant les 202 mètres du Trou bleu de Dean aux Bahamas, ou les 120 mètres du Grand Trou Bleu au large des côtes du Belize, en Amérique centrale. Néanmoins, la profondeur du Trou du dragon reste encore à confirmer par d’autres recherches.

Trou du Dragon

Le Trou du Dragon, le trou bleu le plus profond du monde.

Vu de haut, celui-ci se présente sous la forme d’une tache circulaire de plus de 100 mètres de diamètre, d’un bleu très foncé. Cette couleur contraste avec le turquoise de l’eau recouvrant les rochers et récifs coralliens des surfaces alentours. Pour en savoir plus au sujet du trou bleu, les chercheurs chinois ont mené une vaste étude de terrain entre août 2015 et juin 2016.

Durant des mois, ils ont utilisé plusieurs instruments et caméras sous-marines pour tenter d’estimer les dimensions du gouffre et en déceler les secrets.

Selon les théories actuelles, ces gouffres sont apparues pendant la précédente période de glaciation, lorsque le niveau de la mer se situait à une centaine de mètres plus bas par rapport au repère actuel. Il s’agit plus précisément de vastes cavité souterraines et calcaires creusées dans les roches par l’infiltration des pluies acides dans le sol.

Avec le temps, elles se sont agrandies jusqu’à ce que leur plafond s’effondre laissant à découvert ces remarquables gouffres ensuite recouverts par la mer lors de la montée des eaux. Outre la profondeur vertigineuse, les résultats de l’enquête des scientifiques a mis en évidence une vingtaine d’espèces marines endémiques du milieu.

« C’est intéressant de voir ce qui vit réellement dans ces trous bleus », a commenté pour LiveScience, Lisa Park Boush, géoscientifique de l’Université du Connecticut. Dans ce type de milieu, il y a en effet très peu d’oxygène et donc moins de vie qu’ailleurs. Ces observations devraient ainsi permettre d’en apprendre davantage sur ces étranges formations.

Source : Maxisciences

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s