Zika : la perspective de cas autochtones inquiète les Etats-Unis

Pour la première fois, des cas autochtones de virus Zika auraient été identifiés sur le territoire continental des États-Unis, dans le sud de la Floride.

L’inquiétude grandit de voir le virus du Zika se propager sur le territoire continental des États-Unis où les autorités ont fait état vendredi 29 juillet 2016 de quatre cas autochtones potentiels transmis par des moustiques dans le sud de la Floride. Ces quatre cas ont été identifiés dans les comtés de Miami-Dade et Broward et concernent des personnes n’ayant a priori pas voyagé dans des zones de transmissions connues de ce virus pouvant causer de graves malformations du fœtus.

Les États-Unis ont relevé pour l’heure plus de 1.600 cas de Zika, dont plus de 400 femmes enceintes, mais tous concernaient des personnes ayant voyagé dans ces zones à risque, selon Anthony Fauci, directeur de l’Institut américain des allergies et maladies infectieuses (NIAID). « Le département de la Santé de Floride a rassemblé suffisamment d’informations dans l’enquête en cours (…) pour conclure que quatre cas résultent très probablement d’une transmission locale », ont écrit dans un communiqué les autorités sanitaires du troisième état le plus peuplé des États-Unis, situé au sud-est du pays. « A ce stade, le département pense qu’il existe une zone de transmission active du virus du Zika dans une petite zone du comté de Miami-Dade », a ajouté le texte.

Le gouverneur de Floride Rick Scott a précisé lors d’une conférence de presse qu’une femme et trois hommes étaient concernés. Il a affirmé que les autorités testaient « depuis environ deux semaines » les moustiques dans la zone où ont été localisés ces cas. « Aucun moustique n’a été testé positif au virus du Zika, mais le département de la Santé mène une bataille pour tester les personnes dans la zone affectée et s’assurer qu’il n’y ait aucun autre cas », a-t-il poursuivi.

Image 3D virus Zika

Une représentation en 3D du virus Zika (Source : Institut Purdue).

Les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont confirmé que ces quatre cas « sont probablement la première transmission connue du virus du Zika par moustique sur le territoire continental des Etats-Unis ». « Tout indique qu’il s’agit d’une transmission par le moustique survenue il y a plusieurs semaines dans quelques pâtés de maisons de Miami », a insisté Tom Frieden, le directeur des CDC, expliquant dans un communiqué qu’il n’y avait pour l’instant aucun plan pour limiter les déplacements dans le secteur concerné. Il a réitéré les précautions à prendre pour éviter le moustique Aedes aegypti, principal vecteur du virus qui se transmet également par contact sexuel. Ces précautions s’adressent tout particulièrement aux femmes enceintes qui, en cas d’infection, risquent de voir leur enfant naître avec des malformations congénitales, notamment la microcéphalie du fœtus.

Les zones les plus touchées sont l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale et 64 pays ont été concernés depuis 2015 selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Zika microcéphalie

Evaluation des risques de microcéphalie chez le foetus infecté par le virus ZIka, et caractéristiques de la microcéphalie.

Dans son rapport du 28 juillet, l’OMS rapporte que 1.749 cas de microcéphalie ou malformation du système nerveux central potentiellement liés au Zika ont été relevés au Brésil, premier pays touché par l’épidémie. A Porto Rico, un territoire américain situé dans les Caraïbes, 5.582 personnes, dont 672 femmes enceintes, ont été diagnostiquées, selon un rapport des CDC publié vendredi 29 juillet affirmant qu’il faut « faire tout ce qu’on peut pour protéger les femmes enceintes et se préparer à soigner les nouveaux-nés atteints de microcéphalie ».

Mais le Congrès américain ne parvient pas à s’entendre sur les fonds requis par le président Barack Obama (1,9 milliard de dollars) pour répondre à cette menace. « La nouvelle d’aujourd’hui devrait être une sonnette d’alarme pour que le Congrès se remette au travail », a réagi Eric Schultz, porte-parole de l’exécutif américain interrogé sur la situation en Floride. « C’est la nouvelle que nous redoutions », a assuré Edward McCabe, vice-président de l’association caritative March of Dimes, tandis que Alice Chen, directrice générale de Doctors for America, en appelait au Congrès pour agir face « à ce qui est maintenant une menace directe à la santé du peuple américain ».

Source : Sciences & Avenir/AFP

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s