Les derniers instants d’une comète

Le satellite Soho a surpris un des astres les plus brillants et les plus rapides du système solaire.

Elle a plongé dans le Soleil entre le 2 et le 4 août et a ainsi disparu à jamais. Des comètes qui se « suicident » de cette manière, le satellite Soho en avait surpris déjà, mais celle qui vient de disparaître est une des plus brillantes de ces deux dernières décennies. Pendant quelques jours, la comète est devenue aussi l’objet le plus rapide du système solaire : sa vitesse à proximité du Soleil était d’environ 600 km/s.

Cette comète fait sans doute partie du groupe de Kreutz, une famille cométaire dont le périhélie –le point de l’orbite le plus proche du Soleil– frôle pratiquement notre étoile. Les comètes du groupe de Kreutz seraient toutes issues du même objet : un gros noyau cométaire soumis aux forces de marée du Soleil qui a fini par se disloquer il y a quelques siècles.

Plongeon comète Soleil

Le plongeon de la comète dans le Soleil (Source : NASA).

La NASA a aussitôt diffusé la vidéo de ce plongeon. On voit la comète apparaître en bas à droite de l’image et se diriger vers l’étoile. La surface du Soleil est délimitée par le cercle blanc et son atmosphère –la couronne solaire– est masquée par un coronographe : sans ce masque, les passages des comètes resteraient invisibles. En effet, leur lumière serait noyée dans les émissions intenses de la couronne solaire.

Autour du coronographe, l’activité solaire se manifeste par les éjections coronales qui s’élancent depuis la surface du Soleil à travers l’espace. L’émission du vent solaire – les particules éjectées par notre étoile– se manifeste aussi par des variations de luminosité de l’image autour du coronographe.

Le satellite Soho (pour Observatoire solaire et héliosphérique) est un observatoire solaire placé depuis 1995 à 1,5 million de kilomètres de la Terre en direction du Soleil. Cette mission conjointe entre les agences spatiales européenne et américaine (ESA et NASA ) avait à l’origine pour objectif de comprendre le fonctionnement de la couronne et du vent solaire.

L’observation était prévue pour une durée de 2 ans, mais sa mission a été prolongée à plusieurs reprises… et au moins jusqu’à la fin de l’année 2016. Grâce à son coronographe, Soho a surpris plus de 3000 comètes.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Promenade spatiale au fil des ondes« , ainsi que la page Astronomie/physique.

Une réflexion au sujet de « Les derniers instants d’une comète »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s