La particule X n’était que fluctuations statistiques

Pas de nouvelle particule découverte au LHC ! La conférence internationale de physique des particules à Chicago annonce que l’anomalie à 750 GeV, qui avait mis les chercheurs en émoi, n’était qu’une fluctuation.

It’s Official : The LHC didn’t Find a New Particle.» C’est par cette phrase sans appel que le LHC , le grand collisionneur à hadrons du Cern, a mis fin ce 6 août 2016 à six mois de suspense ! Contrairement aux rumeurs – et aux espoirs les plus fous – qui avaient couru tout au long de ces semaines, le laboratoire européen de physique des particules n’a donc pas détecté de nouvelle particule X qui aurait révolutionné la physique.

L’annonce a été faite devant un parterre de journalistes à Chicago (Etats-Unis) à la 38ème ICHEP, la conférence internationale pour la physique des hautes énergies qui se déroule du 3 au 10 août. Cette année, celle-ci focalisait toutes les attentions : ceux qui ont suivi les recherches menées au Cern, le laboratoire européen de physique des particules, et plus particulièrement au LHC, la plus puissante machine de physique au monde, étaient en effet impatients d’entendre s’exprimer directement les responsables des deux expériences CMS et Atlas.

Modélisation CMS LHC

Modélisation d’une expérience dans l’instrument CMS en mai dernier au LHC (Source : Cern).

L’attente remonte au mois de décembre 2015, date à laquelle une anomalie avait été observée à la même énergie (750 GeV) par les deux détecteurs CMS et Atlas qui fonctionnaient pourtant de manière autonome et sans échange d’information ! La perspective qu’une nouvelle particule – provisoirement baptisée particule X – se désintégrant en deux photons ait été détecté a aussitôt enthousiasmé toute la communauté. Tandis que les expérimentateurs accumulaient les données, les théoriciens se sont empressés de publier de nombreuses hypothèses susceptibles d’expliquer l’existence de cette éventuelle particule cinq fois plus massive que le Higgs qu’aucune théorie n’avait prévu.

Las ! « l’excès n’était qu’une fluctuation statistique… qui a disparu lorsque les deux détecteurs du LHC ont accumulé beaucoup plus de données, précise Yves Sirois, porte-parole français de CMS depuis Chicago. La Nature nous a titillé un peu ! » reconnaît-il, bon joueur.

Mais le LHC continue de fonctionner à plein régime. Au cours de l’année 2016 les expériences ont d’ores et déjà enregistré cinq fois plus de données qu’en 2015. Et les physiciens ont travaillé d’arrache-pied pour sortir de nouveaux résultats. Tous tournent autour du modèle « standard » de la physique, ainsi nommé car il représente notre compréhension actuelle de l’Univers. Celui-ci a été confirmé et le fameux boson de Higgs, découvert en 2012, a été observé de nouveau dans d’autres énergies. Le LHC est en train d’explorer des territoires inconnus de la physique car jamais encore les scientifiques n’étaient parvenus à ces énergies. Et cela est en soi la promesse de surprises à venir !

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Astronomie/Physique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s